BFM Business

Hollande renforce les effectifs de la Défense

François Hollande revoit les effectifs de l'armée à la hausse

François Hollande revoit les effectifs de l'armée à la hausse - Stéphane de Sakutin - AFP

"Le président de la République a annoncé ce mercredi 6 avril 800 créations de postes en trois ans au niveau du ministère de la Défense. L'Élysée n'a pas donné de précision sur le surcoût lié à ces hausses d'effectifs,  ni leur financement."

François Hollande va plus loin. Après les attentats du 13 novembre, le président de la République avait annoncé 8.500 emplois en plus dans la police, la justice et les Douanes.

À l'époque, il faisait valoir que le "pacte de stabilité l'emportait sur le pacte de sécurité", autrement qu'il fallait renforcer la sécurité nationale quitte à lâcher du lest sur le déficit. Il avait également, mesure forte, renoncé à tailler dans les effectifs militaires alors que plus de 9.200 suppressions de postes étaient prévues dans la loi de programmation militaire.

Davantage de marge de manoeuvre

À l'issue d'un Conseil de défense et de sécurité nationale ce mercredi, le président de la République a annoncé cette fois une hausse nette des effectifs de 800 postes "au bénéfice des unités opérationnelles et de la cyberdéfense" lors des trois prochaines années.

Ainsi, non seulement les 9.200 suppressions de postes sont annulées, mais 800 personnes vont en plus rejoindre les rangs du ministère de la Défense.

L'ensemble de ces décisions sur les effectifs militaires seront traduites "dans les prochaines lois de finances", ce qui veut dire qu'elles pourraient être inscrites soit dans une loi de finance rectificative cet été, soit dans la loi de Finance pour 2017, à l'automne prochain.

L'Élysée ne chiffre pas le surcoût lié à ces créations nettes de postes et se contente de préciser que François Hollande a "décidé d’accroître en conséquence les ressources prévues pour le ministère de la Défense" afin notamment "de financer les coûts de fonctionnement et d’équipement associés à ces effectifs supplémentaires".

On peut néanmoins penser que la bonne nouvelle sur le déficit public annoncée il y a deux semaines par Michel Sapin a donné davantage de marge de manœuvre budgétaire à l'exécutif .

Le 25 mars dernier, le ministre des Finances avait en effet indiqué que le déficit public 2015 avait été de 3,5% soit un résultat meilleur que l'objectif visé par le gouvernement (3,8%). 

J.M.