BFM Business

Hollande condamne l'évasion fiscale des géants du Net

François Hollande signant un accord sur la presse avec Eric Schmidt (Google) il y a un an.

François Hollande signant un accord sur la presse avec Eric Schmidt (Google) il y a un an. - -

Lors d'une visite chez vente-privee.com, le président de la République a jugé "pas acceptable" les montages fiscaux mis en place par les géants américains de l'Internet.

Le président français, François Hollande, a estimé jeudi 6 février que l'optimisation fiscale pratiquée par les géants de l'internet n'était "pas acceptable" lors d'une visite du siège de vente-privee.com à La Plaine Saint-Denis.

"Ce n'est pas acceptable, et c'est pourquoi au niveau européen comme au niveau mondial, on doit faire en sorte que l'optimisation fiscale, c'est-à-dire la tentation de certains grands groupes, concurrents d'ailleurs de nos entreprises, de s'installer là où l'on paie moins d'impôts, puisse être remise en cause parce que chacun doit être dans les mêmes situations de concurrence, y compris sur le plan fiscal", a dit le président.

Des propos relayés ensuite par Jacques-Antoine Granjon, le patron du site internet, sur BFMTV ce jeudi soir, fustigeant la "concurrence déloyale des grands groupes". Selon lui, les géants Apple, Google, Amazon, Facebook et eBay paient autant d'impôt à eux trois que l'entreprise vente-privée.com en France!

Accord avec Washington

"Par rapport à ces grands groupes que l'on connaît, qui se mettent dans des pays à faible taux d'imposition des sociétés, nous devons agir", a ajouté François Hollande.

Le président américain Barack Obama, qu'il rencontrera lundi à Washington, est "d'accord pour faire cet effort d'harmonisation fiscale", a-t-il précisé.

Cette déclaration intervient alors que Bercy aurait notifié à Google un redressement fiscal record d'un milliard d'euros.

Jamal Henni