BFM Business

Eckert (PS): "Il faudrait cibler le pacte de responsabilité sur l'industrie"

Christian Eckert  veut que le gouvernement tienne davantage compte des amendements de la majorité.

Christian Eckert veut que le gouvernement tienne davantage compte des amendements de la majorité. - -

Le rapporteur général du Budget appelle sur BFM Business à mieux cibler les aides aux entreprises, à la veille du discours de politique général de Manuel Valls, mardi 8 avril.

C'est un grand oral à haut risque qui attend Manuel Valls. Le Premier ministre prononcera, mardi 8 avril, son discours de politique général devant les députés, qui permettra également de faire approuver le pacte de responsabilité.

Or un avertissement est venu de la majorité socialiste, à deux jours de cette date. Dans le Journal Du Dimanche du 6 avril, 89 élus du PS ont publié un texte dans lequel ils réclament un nouveau "contrat de majorité", appelant l'exécutif à tenir davantage compte de l'avis des élus socialites. Ils demandent également de réorienter la politique de l'Europe.

Le rapporteur PS du Budget de l'Assemblée, Christian Eckert, est l'un des nombreux co-signataires de ce texte. Interviewé par BFM Business, il a expliqué que "le Parlement décide et vote en dernier ressort (..) Le gouvernement doit parfois tenir compte des amendements et des modifications que lui suggèrent les parlementaires, particulièrement ceux de la majorité. Cela n'a pas toujours été le cas et on voit ce que cela donne".

"On ne peut pas ne pas voter la confiance"

"Le Premier ministre va construire le programme de stabilité au niveau des autorités européennes. Aujourd'hui, je ne sais pas quel est le contenu de ce programme qui va être transmis à Bruxelles, et je suis rapporteur de la commission des finances! Donc il y a manifestement des échanges qui ne se font pas tout à fait bien", a-t-il regretté.

Christian Eckert a également pointé une carence du pacte de responsabilité. "Les aides en direction des entreprises" sont "un peu massives" et "pas très ciblées", a-t-il fait valoir. "Parfois il vaudrait mieux se dire qu'il faut davantage viser les secteurs industriels que de le faire d'une façon très générale, comme cela est le cas aujourd'hui".

"Un cabinet d'avocat va pourvoir percevoir autant d'allègements de charges qu'une entreprise industrielle, une PME qui a autant de salariés ", déplore-t-il.

Néanmoins Christian Eckert précise bien qu'"on ne peut pas ne pas voter la confiance à un gouvernement issu de nos rangs", envoyant ainsi "un message" à l'aile gauche du PS, notamment à Henri Emmanuelli, qui figure pourtant juste à côté de lui, dans la liste des 89 signataires.

J.M. avec BFM Business