BFM Business

Dessertine : « La dette, un effort lourd pour les générations futures »

-

- - -

Professeur de finances et directeur de l’Institut des hautes finances, Philippe Dessertine est revenu sur l’ampleur de la dette française.

Invité mardi 15 juillet, Philippe Dessertine, professeur de finances à l'université Paris X et directeur de l'Institut des hautes finances, a évoqué les 1 000 milliards de la dette française : « Ça pose un vrai problème. Pour rembourser de la dette, il faut produire de la richesse, c'est-à-dire produire de la richesse qui au lieu de se convertir en bienfaits immédiats va servir à rembourser de la dette, à payer les bonnes années qu'ont eues les citoyens avant vous. »

« Cela veut dire un effort lourd pour les générations futures, incontestablement. Pour le moment, la France est encore considérée comme un très bon payeur, un des meilleurs payeurs du monde. Cela étant, nous commençons à avoir un niveau de dette qui commence à être préoccupant. C'est pour ça qu'au niveau européen on nous rappelle sans cesse qu'il faut que l'on fasse attention à notre déficit et qu'il faudra revenir à l'équilibre des finances publiques comme y parvient l'Allemagne. »

« Un Etat peut avoir de la dette quand il a la capacité de la rembourser, car c'est une capacité pour lui de mobiliser de la finance qui va venir de l'extérieur, mais il ne faut pas qu'il laisse déraper cette dette de manière anormale. En particulier si la dette sert à payer des dépenses immédiates : si vous empruntez pour payer vos fonctionnaires, c'est embêtant. Si vous empruntez pour faire des grands projets d'investissement, c'est bien. Aujourd'hui, la France est plutôt dans le premier cas. On commence à avoir une dette utilisée surtout pour des dépenses opérationnelles, ce qui est beaucoup plus embêtant. »

La rédaction-Bourdin & Co