BFM Business

Déficit: l'UE doit exclure les dépenses militaires, estime le PS

Des soldats français au Mali, en mars 2013.

Des soldats français au Mali, en mars 2013. - -

Olivier Faure, le porte-parole du PS reproche à l'UE, ce 11 août, de compter les dépenses militaires françaises dans le déficit français, alors qu'il s'agit de dépenses engagées pour "défendre les valeurs européennes".

Voir sa trajectoire de réduction de déficit biaisée par les dépenses militaires, cela ne passe pas pour le député Olivier Faure, porte-parole du PS. Sur RTL ce lundi 11 août, il a déploré que l'Union européenne prennent en compte ces crédits dans le calcul des déficits publics de ses Etats membres.

L'Union se rend coupable d'"un double manquement", selon Olivier Faure. D'une part parce qu'elle n'accompagne pas la France dans ses engagements armés, notamment au Moyen-Orient. Dautre part parce qu'elle n'en tient pas compte pour le plafond imposé de déficit.

Interrogé sur les livraisons françaises d'aide d'urgence en Irak et d'éventuelles frappes, le député a observé : "la France ne va pas s'engager seule partout". "Il est nécessaire aujourd'hui que l'Europe notamment prenne le relais".

La France "protège les valeurs de l'Europe"

Il faut que "la France ne soit pas seule dans ces combats-là", a insisté l'élu socialiste de Seine-et-Marne. "Elle a été souvent à l'avant-garde, elle protège les valeurs de l'Europe, il est logique que les Européens viennent aussi en relais".

Mais surtout, "la France, alors qu'elle intervient, voit ses dépenses militaires imputées sur les fameux 3% qu'elle doit respecter pour le déficit", a déploré l'élu. "Elle exige de la France des déficits qui n'intègrent pas que la France se bat pour les valeurs européennes contre le terrorisme à travers le monde".

Les pays européens doivent s'engager sur une réduction à 3% du PIB de leur déficit public, la France ayant été en 2013 au-dessus de 4%, et visant 3,5%, selon les prévisions gouvernementales, à la fin 2014.

N.G. avec AFP