BFM Business

Budget 2017: l'objectif de déficit jugé "improbable" par les Sages?

Ce n'est pas la première fois que les Sages émettent d'importantes réserves

Ce n'est pas la première fois que les Sages émettent d'importantes réserves - Bertrand Guay - AFP

Le Haut Conseil aux Finances publiques, organe chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions de l'exécutif dans les textes budgétaires, devrait, selon les Échos, émettre un avis sévère sur les objectifs contenus dans le projet de loi de Finances pour 2017.

Voilà une promesse de François Hollande qui devrait être respectée… avec quatre années de retard. Le projet de Budget pour 2017 prévoit en effet un déficit public à 2,7% du PIB, pour la première fois sous la fameuse barre des 3%, le seuil nécessaire pour rentrer dans les clous des critères de Maastricht. Initialement, François Hollande prévoyait d'y arriver dès 2013.

Sauf qu'il se pourrait bien que le président de la République ne remplisse jamais cet objectif. En effet, le Haut Conseil aux Finances Publiques, un organe indépendant chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions économiques contenues dans les textes budgétaires, aurait de sérieux doutes.

Ce Haut Conseil doit rendre son avis mercredi, plus ou moins en même temps que la présentation du projet de loi de Finances. Selon les Échos, l'organe remettrait en cause plusieurs objectifs. Il en est ainsi de la prévision de croissance à 1,5% pour l'an prochain que les Sages jugent "trop optimiste voire imprudente".

Un objectif de déficit "improbable"

Quant à l'objectif de déficit pour 2017, le qualificatif est encore moins flatteur puisque les Sages le considéreraient comme "improbable". Le Haut Conseil jugerait même "incertain" plus largement un retour sous les 3% alors que, rappellent les Échos, il s'agit d'une condition sine qua non pour que la France échappe à toute sanction provenant de la Commission européenne.

Reste que cet avis défavorable ne devrait pas bouleverser les choses du côté de Bercy. Ce n'est clairement pas la première fois que le Haut Conseil émet de sérieux doutes sur les prévisions du gouvernement. Il avait notamment émis d'importantes réserves sur le projet de Budget pour 2015, jugeant alors que la prévision de croissance (1% alors) était "optimiste", alors qu'au final le PIB avait progressé de 1,3%. Nul doute que le ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin saura s'en souvenir.

J.M.