BFM Business

Budget 2013: ce que l'Etat va devoir économiser

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, lors de la présentation du projet de loi de finances 2013, ce vendredi 28 septembre.

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, lors de la présentation du projet de loi de finances 2013, ce vendredi 28 septembre. - -

L'Etat a voulu montrer l'exemple lors de la conception du projet de loi de finances 2013, présenté ce vendredi 28 septembre. Passage en revue des économies qu'il compte réaliser.

La France va donc faire en 2013 un "effort inédit" pour ramener le déficit public à 3% du PIB, mais renonce à revenir au strict équilibre budgétaire en 2017. Selon les dernières prévisions, (0,8% de croissance en 2013 puis 2% les deux années suivantes), les comptes publics souffriront d’un déficit de 0,3% du PIB à cette date. Le déficit zéro ne serait donc atteint qu'en termes "structurels", c'est-à-dire sans tenir compte de la conjoncture, conformément au nouveau traité européen. L'objectif de 4,5% pour cette année est, lui, maintenu.

L'Education, l'Intérieur et la Justice épargnés

Quoiqu’il en soit, l’Etat français doit faire des économies. Pour 2013, ce sera 10 milliards d’euros. Tour d'horizon des mesures annoncées.

>Le gouvernement vise 0% d'augmentation en valeur, c'est-à-dire que les dépenses restent inchangées malgré l'inflation. Ce gel ne comprend pas le service de la dette et le versement des pensions des agents publics retraités.

>Les effectifs globaux de fonctionnaires "seront stabilisés" en 2013, présentant un solde négatif de 1 287 postes.

>Les dépenses de fonctionnement seront réduites de 5% en 2013 par rapport à leur évolution tendancielle.

>Les dotations aux collectivités territoriales seront gelées en 2013, c'est-à-dire qu'elles ne progresseront même pas au rythme de l'inflation.

>Assurance-maladie: l'objectif de progression des dépenses (Ondam) a été fixé à 2,7% pour 2013, 2,6 % pour 2014 puis 2,5% pour chacune des années 2015 à 2017. Au total, cela représente en moyenne 2,7 milliards d'euros d'économies par an par rapport à la tendance d'évolution des dépenses.

>12 298 postes seront supprimés dans les ministères, hors Education, Intérieur, et Justice. Ils compenseront la création de 11 000 postes dans les trois ministères cités, dont l’essentiel dans l’enseignement.

Tous les détails des réduction d’effectifs et de crédits sont disponibles sur le site du Ministère de l’Economie et des Finances.

Yann Duvert