BFM Business

Ayrault: les dépenses de l'Etat vont baisser de 1,5 milliard comme prévu

Jean-Marc Ayrault a confirmé la réduction des dépenses de l'Etat en 2014.

Jean-Marc Ayrault a confirmé la réduction des dépenses de l'Etat en 2014. - -

Alors que l'opposition prévoit un déficit public de 4% pour la fin de l'année, au lieu des 3,7% annoncés, Jean-Marc Ayrault a confirmé une réduction des dépenses de l'Etat de 1,5 milliard d'euros en 2014.

Jean-Marc Ayrault a affirmé, que les dépenses de l'Etat baisseront comme prévu, de 1,5 milliard d'euros en 2014, après le bouclage, lundi, des lettres plafonds, qui donnent les orientations budgétaires des ministères pour 2014. 

"Je m'étais engagé à un programme d'économies pour les dépenses de l'Etat, cet objectif sera atteint", a déclaré le Premier ministre à la presse, devant Matignon, ce mardi 25 juin.

Une déclaration qui s'adresse aux critiques de l'opposition sur le déficit public, mais sans réponse directe. Le Premier ministre n'a abordé en effet que le thème des dépenses de l'Etat, qui ne représente qu'une portion du déficit public, avec les comptes de la Sécurité Sociale et ceux des collectivités locales. De plus, Jean-Marc Ayrault visait l'année 2014, et non l'année en cours.

1,5 milliard réparti entre les ministères et les collectivités

La baisse des dépenses de l'Etat se répartira à hauteur de 750 millions d'euros à charge des collectivités territoriales et 750 millions à charge des ministères, explique-t-on à Matignon. "C'est la première fois [depuis 1958] qu'on va proposer au Parlement une telle diminution", expliquent les services du Premier ministre.

Concernant les ministères qui verront leur budget diminuer, Jean-Marc Ayrault a juste rappelé les "priorités" de son gouvernement: "la politique de l'emploi, l'éducation, le logement, la sécurité et la justice". Le Premier ministre a souligné que "l'assainissement de nos finances publiques est nécessaire (...) pour regagner des marges de manoeuvre."

80 milliards d'euros de déficit à la fin de l'année?

Bien que sur portant sur un programme différent, cette déclaration fait écho aux informations avancées par Gilles Carrez, président (UMP) de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, lundi 24 juin. D'après ce dernier, le déficit public serait de 4% au lieu de 3,7% à la fin de l'année 2013.

Selon les députés UMP et UDI, le déficit de l'Etat devrait dépasser les 80 milliards d'euros en 2013, au lieu des 61,6 milliards prévus dans la loi de finances.

Dans la matinée, Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, a estimé ces propos "singulièrement gonflés". Même critique chez Christian Eckert, rapporteur général du Budget, qui a jugé cela "exagéré".

Les prévisions du gouvernement tablaient sur une réduction du déficit public à 3,7% pour fin 2013 et 2,9% fin 2014. Début mai, la Commission européenne avait donné deux ans de délai à la France pour réduire son déficit à 3% du PIB.

A LIRE AUSSI:

>> L'UMP attaque le gouvernement sur le déficit

>> Déficit public: plus de 4% au lieu de 3,7% fin 2013?

A.D. avec agences