BFM Business

Acheter «made in France»: solution à la crise ?

-

- - -

A quatre mois de la présidentielle, le patriotisme économique a le vent en poupe chez les politiques. Une majorité de Français se disent prêts à payer plus cher pour acheter des produits fabriqués dans l'Hexagone. Serait-ce une des solutions à la crise ?

Arnaud Montebourg, Marine Le Pen, François Bayrou... De plus en plus de candidats à la présidentielle de 2012 font du patriotisme économique un cheval de bataille. François Hollande lui-même semble s'y rallier. Il se rend ce mercredi à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) pour visiter une usine fabricant des tablettes tactiles « made in France ». Et les Français les soutiennent.

Acheter une Peugeot ou une Renault peut être trompeur

Selon un dernier sondage OpinionWay publié fin novembre, 56% se disent prêts à payer plus cher pour acheter Français. Pourtant, la réalité est tout autre: on achète de plus en plus de produits venant de l'étranger, sans forcément le savoir. Acheter une Peugeot ou une Renault, par exemple, peut être trompeur. Plusieurs modèles ne sont en effet pas produits en France. A l'inverse, on peut acheter une Toyota - marque japonaise - produite... en France (Valenciennes pour les Yaris). De l'avis général, il faudrait donc inciter ou contraindre les entreprises de l'Hexagone à fabriquer sur le territoire national. « La seule solution serait de taxer fortement les produits venant de l'extérieur, et notamment dans les pays à bas salaires », estime ainsi l'économiste Jacques Sapir. Problème: une telle mesure protectionniste est contraire aux règles européennes. Pousser à consommer du « made in France » nécessiterait donc de s'en affranchir. Le patriotisme tricolore est à ce prix.