BFM Business

7 entreprises sur 100 recourent au travail au noir selon les Urssaf

Les cafés-restaurants sont parmi les principaux bénéficiaires du travail au noir.

Les cafés-restaurants sont parmi les principaux bénéficiaires du travail au noir. - -

Selon les chiffres de l'Acoss, le travail au noir concernerait plus de 7% des entreprises et 2,4% de salariés. Principaux secteurs touchés: la restauration et le commerce. Malheureusement, l'étude ne concerne pas le BTP.

Le travail illégal, c'est à dire non déclaré, toucherait 7,3% des 2 millions d'entreprises installées en France et 2,4% des salariés. C'est en tout cas ce qui ressort du rapport annuel de l'Acoss (Agence centrale des caisses de sécurité sociale), qui fédère les Urssaf chargées du recouvrement des cotisations sociales.

Ces chiffres résultent de l'extrapolation de contrôles aléatoires des 74 Urssaf en 2011 dans 4000 entreprises occupant 13 000 personnes. Ce qui signifie que les données présentées sont sans doute sous-évaluées.

Sans grande surprise, les entreprises du secteur de la restauration, les commerces de détail et d'alimentation, les coiffeurs, seraient les plus concernés. Les jeunes et les seniors arriveraient en tête des employés qui ne sont pas déclarés ou sous-déclarés. Malheureusement, l'Acoss n'a pas intégré le secteur du BTP dans son enquête. Or, le travail au noir y serait important.

220 millions d'euros de redressement en 2011

Face au travail dissimulé, les Urssaf multiplient les contrôles ciblés dans les entreprises suspectées de frauder. En 2011, 7854 contrôles ont ainsi eu lieu. Et 76% ont débouché sur des redressements. Les Urssaf ont pu récupérer 219,6 millions d'euros, soit 20% de mieux par rapport à 2010. Une goutte d'eau tout de même face aux 419 milliards d'euros de cotisations recouvrées en 2011 par les Urssaf.

Patrick Coquidé