BFM Business

Espoir prudent de reprise du trafic aérien en Europe

Aéroport de Barcelone, lundi. L'activité aérienne en Europe devrait reprendre ce mardi de manière plus régulière au lendemain de la décision des autorités d'ouvrir le trafic dans les zones où les cendres volcaniques venues d'Islande ne sont pas trop dense

Aéroport de Barcelone, lundi. L'activité aérienne en Europe devrait reprendre ce mardi de manière plus régulière au lendemain de la décision des autorités d'ouvrir le trafic dans les zones où les cendres volcaniques venues d'Islande ne sont pas trop dense - -

PARIS - L'activité aérienne en Europe devrait reprendre ce mardi de manière plus régulière au lendemain de la décision des autorités d'ouvrir le...

PARIS (Reuters) - L'activité aérienne en Europe devrait reprendre ce mardi de manière plus régulière au lendemain de la décision des autorités d'ouvrir le trafic dans les zones où les cendres volcaniques venues d'Islande ne sont pas trop denses.

La situation reste encore très dépendante de l'évolution du nuage qui recouvre une grande partie du continent et paralyse le transport aérien depuis jeudi dernier, bloquant des millions de passagers. L'aviation civile britannique a signalé hier soir l'arrivée vers le Royaume-Uni d'un nouveau panache de cendres.

Les ministres des Transports de l'UE ont établi une distinction entre des zones d'interdiction totale où persistent des concentrations trop fortes de particules et des zones de précaution, comme la France, où le trafic pourra reprendre dans des corridors spécifiés.

Des avions de ligne ont déjà été autorisés à décoller lundi soir de l'aéroport de Schiphol aux Pays-Bas, emmenant 800 passagers à destination de New York, Shanghai et Dubaï.

En France, le trafic aérien reprendra peu à peu dans tout le pays mardi matin, le territoire national étant considéré comme "zone de précaution" après les vols d'essai effectués par Air France-KLM en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Cela permettra la mise en place mardi à 08h00 de corridors aériens entre Paris et les aéroports du Sud, a dit le Premier ministre François Fillon. Les aéroports au nord d'une ligne Nantes-Nice seront peu à peu rouverts et au sud de cette ligne, Nantes compris, les aéroports demeurent accessibles. L'aéroport de Lyon a été rouvert dès lundi à 20h00.

Air France prévoit une exploitation normale des vols long-courriers au départ de la capitale dans la journée.

UN NOUVEAU NUAGE DE CENDRES

L'Allemagne doit rouvrir son espace aérien à 12h00 GMT, l'espace aérien italien sera rouvert à partir de 06h00 GMT, ainsi que le ciel d'une partie des îles britanniques, à l'exception notable de Londres.

Mais l'autorité de l'aviation civile britannique a souligné qu'elle devait faire face à une situation évoluant rapidement en raison du caractère imprévisible de l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll qui s'est renforcée ces dernières heures.

"Depuis notre dernier communiqué (...), l'éruption du volcan en Islande s'est intensifiée et un nouveau nuage de cendres s'étend en direction du sud et de l'est, vers le Royaume-Uni", a déclaré la NATS lundi soir.

Dans le même temps, la Météorologie britannique (Met) a annoncé qu'une partie du nuage de cendres volcaniques dérivait au-dessus de l'océan Atlantique où il effleure désormais les côtes du Canada. Mais le Met ne s'attend pas à ce qu'il pénètre plus avant en Amérique du Nord.

Entre 8.000 et 9.000 vols ont pu être effectués lundi, soit 30% du volume normal, selon l'agence européenne de l'aviation civile. Selon les données fournies par Eurocontrol, 80.000 vols ont été annulés depuis jeudi en Europe.

Le secteur aérien, qui évalue ses pertes à 250 millions de dollars par jour, a jugé trop rigide l'application du principe de précaution.

Les motoristes ont fait savoir qu'ils réfléchissaient à la possibilité de diffuser des directives pour l'utilisation des moteurs d'avion dans un environnement de particules volcaniques.

L'Association internationale du transport aérien, qui rassemble les compagnies aériennes, a estimé que l'impact pour le secteur était désormais plus important qu'au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

DES MILLIONS DE PASSAGERS EN ATTENTE

Dans le monde, des millions de passagers restent en attente d'un vol pour regagner leurs foyers.

En France, la priorité des compagnies aériennes sera le rapatriement des ressortissants français, dont environ 200.000 sont immobilisés à l'étranger selon leurs estimations.

Le Royaume-Uni a mobilisé trois navires de la Royal Navy pour rapatrier ses citoyens. Selon l'association britannique des voyagistes, environ 150.000 d'entre eux sont bloqués.

L'effet de la paralysie sur l'activité commerciale se fait aussi ressentir. Au Kenya, les horticulteurs ont annoncé perdre jusqu'à deux millions de dollars par jour. Un tiers des importations de fleurs européennes provient du Kenya.

Des entreprises de Grande-Bretagne ont signalé l'absence de nombreux employés qui n'ont pu rentrer à temps de vacances.

Certains grossistes alimentaires sont aussi dans l'embarras.

Le nuage a aussi des incidences sportives. Les joueurs du FC Barcelone ont parcouru pendant deux jours un millier de kilomètres pour rejoindre Milan où ils affronteront dans la soirée l'Inter en demi-finale de la Ligue des champions.

Avec bureaux de Londres, Genève, Dublin, Paris, Amsterdam, Bruxelles, Reykjavik, Washington, Francfort et Berlin. Gregory Schwartz, Philippe Bas-Rabérin et Jean-Stéphane Brosse pour le service français