BFM Business

EN VIDÉO: les principales déclarations d'Emmanuel Macron sur les questions économiques

-

- - BFMTV

Lors d'un entretien long sur BFMTV, RMC et Mediapart. Le chef de l’État a notamment répondu à des questions sur sa politique économique, la réforme de la SNCF, ou la fraude fiscale. Voici ce qu’il faut en retenir.

Le président de la République a répondu pendant plus de 2h30 aux questions de Jean-Jacques Bourdin pour RMC-BFMTV et Edwy Plenel pour Mediapart ce dimanche soir sur. Voici ce qu’il a dit des sujets économiques.

> Sur les impôts

Il n'y aura pas de "nouvel impôt, ni local ni national" d'ici à 2022, assure le chef de l'Etat. Il ajoute qu'il y aura "une baisse même en proportion de cette suppression de la taxe d'habitation". 

> Sur la dette de la SNCF

L’État la reprendra "progressivement" à partir de 2020, et surtout "totalement", a promis Emmanuel Macron, dont le gouvernement n’avait jusque-là évoqué qu’une reprise partielle.

> Sur une deuxième journée travaillée non-payée

Une deuxième journée travaillée non-payée pour financer la dépendance est "une piste intéressante" et Emmanuel Macron n’est "pas contre" cette idée déjà évoquée jeudi par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

> Sur la fraude fiscale

"Il faut rapprocher les Etats au sein de l’Union pour mettre fin aux pratiques de dumping fiscal". Interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur les pratiques de son "ami Bernard Arnault", le président a rétorqué "je n’ai pas d’amis de là où je suis, je ne suis pas là pour juger tel ou tel. Je ne vais pas vous dire votre ami Patrick Drahi fait la même chose".

> Sur l’évasion fiscale de Kering révélée par Mediapart

Mais "l’administration fiscale, lorsqu’elle voit un article de presse comme celui-là, lance immédiatement une enquête, vous en avez fait l’expérience", a-t-il conclut. Donc "Cette affaire dont vous parlez, c’est évident qu’elle fait actuellement l’objet d’un contrôle fiscal".

> Sur le ruissellement

"Je pourrais dire, le ruissellement il marche, regardez les chiffres. Tout repart. Non, je ne crois pas à la théorie du ruissellement", a affirmé Emmanuel Macron. 

N.G.