BFM Business

En 2016, les niches fiscales s'élèveront à 83 milliards d'euros 

Le chiffre vient d'être communiqué aux députés qui vont examiner ce mercredi le budget 2016 en commission des finances.

Le chiffre vient d'être communiqué aux députés qui vont examiner ce mercredi le budget 2016 en commission des finances. - Eric Feferberg-AFP

La volonté de l'exécutif de réduire le nombre de niches fiscales a fait long feu: le budget 2016 en contiendra 449, soit quatre de moins que cette année! Leur montant total atteindra 83,3 milliards d'euros, plus que les recettes de l'impôt sur le revenu.

83,375 milliards d'euros: voilà le montant pour 2016 des 449 niches fiscales, ces mécanismes d'allègement des impôts qui continueront d'exister l'an prochain.

Le chiffre vient d'être communiqué aux députés qui vont examiner ce mercredi le budget 2016 en commission des finances. L'an dernier, le montant des niches atteignait 84,3 milliards. 

Si l'on exclut le CICE, qui se monterait l'an prochain à 13 milliards, les niches coûteront donc 70 milliards en manque à gagner pour l'Etat.

31 milliards pour l'impôt sur le revenu

L'essentiel de ces niches concerne l'impôt sur le revenu puisque les dispositifs d'allègement de cet impôt payé par 17 millions de contribuables se monteront à 31,6 milliards pour un rendement de l'IR de 70 milliards seulement! 

Les niches les plus coûteuses resteront le crédit d'impôt-recherche (5,5 milliards estimés), l'abattement de 10% sur les pensions (4,1 milliards), la TVA à 10% sur les travaux dans l'habitat (3,2 milliards) ou encore le crédit d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile (1,99 milliard). 

4 niches supprimées

La volonté de l'exécutif de nettoyer le maquis des niches qui embarrasse notre système fiscal a visiblement fait long feu à l'approche des élections.

Pour l'an prochain en effet, 4 petites niches seulement sur 453 vont disparaître parmi lesquelles "l'exonération en faveur des parcelles Natura 2000" et "la déduction des dépenses spécifiques exposées dans les secteurs sauvegardés". En revanche, sous la pression des producteurs de cinéma, le gouvernement vient d'annoncer le renforcement du dispositif de crédit d'impôt pour les films français.

PC