BFM Business

En 2014, les revenus des médecins libéraux ont augmenté

Les médecins libéraux ont gagné en moyenne 87.500 euros en 2014, soit 7.300 euros par mois.

Les médecins libéraux ont gagné en moyenne 87.500 euros en 2014, soit 7.300 euros par mois. - Denis Charlet - AFP

"Avec 87.500 euros annuels en moyenne, les médecins ont bénéficié d'une augmentation de leurs revenus par rapport à 2013. Mais certains spécialistes sont mieux lotis que d'autres. "

Même si l'ambiance n'est pas à la fête chez les syndicats de médecins, leur santé financière, elle, est au beau fixe. Car ces derniers ont dans l'ensemble bénéficié d'une augmentation de leurs revenus en 2014, selon des données publiées mercredi par leur caisse de retraite.

Généralistes et spécialistes libéraux ont ainsi vu leurs revenus progresser de 2,7% en euros courants par rapport à 2014 (+2,3% en tenant compte de l'inflation), d'après la Caisse autonome de retraite des médecins de France (Carmf).

Les chiffres, tirés de 105.000 déclarations, sur 125.000 cotisants, permettent d'établir une moyenne annuelle de 87.560 euros de revenus nets (recettes moins cotisations et charges liées au loyer ou l'investissement pour le cabinet). Soit environ 7.300 euros par mois. 

Les spécialistes enregistrent une hausse plus importante (+3% par rapport à 2013) que les généralistes (+2,2%), avec un revenu annuel moyen de 104.000 euros (contre 74.500 euros pour les généralistes).

Avec 115.900 euros par an en moyenne, les spécialistes pratiquant des honoraires libres (secteur 2) ont enregistré une hausse plus forte (+3,3%) que leurs confrères pratiquant des tarifs fixés par la sécurité sociale (secteur 1), dont les revenus ont progressé de 2,8% pour s'établir à 96.150 euros.

Les cancérologues en haut du classement

En revanche, chez les généralistes, les revenus augmentent davantage et sont plus importants pour les 54.000 médecins en secteur 1 (75.200 euros, +2,3%), que pour les 4.600 généralistes de secteur 2 (65.500 euros, +1,1%).

Tous secteurs confondus, les cancérologues enregistrent à la fois la plus forte progression (+18%) et les plus hauts revenus (216.800 euros).

Deuxièmes du classement en termes de rémunération, les anesthésistes-réanimateurs ont touché en moyenne 164.600 euros sur l'année (+2,7%), devant les ophtalmologues (143.000 euros, +2,9%) et les néphrologues (133.600 euros, +7,5%).

Au bas du tableau, figurent les gériatres (48.000 euros, +0,1%) derrière les endocrinologues (49.000 euros, +4%). Les baisses "les plus significatives" ont par ailleurs touché la gynécologie médicale (-1,5% à 55.500 euros) ou la gynécologie médicale obstétrique (-4,3%, à 73.800), souligne par ailleurs la Carmf.

Les syndicats de médecins, qui réclament des revalorisations tarifaires depuis plus d'un an, sont actuellement en négociation avec l'Assurance maladie.

Celle-ci rappelle souvent que les divers forfaits et primes attribués pour la prise en charge des personnes âgées ou des malades chroniques ont compensé le blocage de la consultation (23 euros pour les généralistes, 25 pour les spécialistes).

Y.D. avec AFP