BFM Business

Emmanuel Macron à Bercy, un "beau symbole"

Emmanuel Macron remplace Arnaud Montebourg à Bercy.

Emmanuel Macron remplace Arnaud Montebourg à Bercy. - Jacques Witt – AFP, montage BFMTV

PORTRAIT - L'ancien conseiller star de Hollande chargé des questions économiques, à l'origine du CICE et du Pacte de responsabilité, va remplacer Arnaud Montebourg à Bercy, qui garde deux patrons.

"Un beau symbole", c'est ainsi que qualifie le Premier ministre Manuel Valls la nomination d'Emmanuel Macron à Bercy. Les chefs d'entreprises, qui réclamaient des avancées sur les aides promises par le gouvernement, devraient adhérer à 100% à ce propos. Le nouveau ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, qui reprend le portefeuille d'Arnaud Montebourg, est celui qui a soufflé à François Hollande le CICE et le Pacte de responsabilité.

A 36 ans, Emmanuel Macron est la surprise de gouvernement. Jusqu'en juin, il était "la star" des conseillers de Hollande, au poste de secrétaire général adjoint de l'Elysée chargé des questions économiques auprès du chef de l'Etat.

Manuel Valls avait déjà proposé son nom pour le poste de ministre des Finances lors de la préparation de son premier gouvernement en avril. Mais François Hollande avait refusé, estimant que ses ministres devaient d'abord avoir été élu par les Français avant d'occuper de telles fonctions.

Le plus libéral des Hollandais

Souvent classé comme le plus libéral des conseillers du Président, il aimait recevoir régulièrement les grands patrons, qu'il connaît bien. Il a aussi fait le lien entre Pierre Gattaz, le patron du Medef, et François Hollande.

Auparavant, Emmanuel Macron a été inspecteur des Finances. Il a goûté à la banque d'affaires chez Rothschild, où il s'est forgé une bonne réputation dans les milieux d'affaires et où il a tissé un impressionnant réseau.

Repéré alors par l'ancien président de Nestlé, il gère pour lui un deal à 9 milliards d'euros: le rachat par le géant agroalimentaire de la division nutrition de Pfizer. 

C'est après cette affaire qu'il rejoint l'Elysée. Il se fait connaître dans la sphère politique en coordonnant le rapport Attali sur la croissance en 2008. Au Palais présidentiel, on dit de lui, selon l'AFP, qu'il a "fait ses preuves à l'Elysée. Il a joué un rôle-clé dans le dossier Alstom. Il a une très bonne connaissance de l'entreprise, de l'industrie. Il est jeune et, le plus important, il a toute la confiance du Président".

>> Retrouvez la liste complète du gouvernement Valls II