BFM Business

Edouard Philippe insiste sur le risque de dérapage du déficit budgétaire

Edouard Philippe sur BFMTV-RMC

Edouard Philippe sur BFMTV-RMC - BFMTV

Dans un entretien à BFMTV-RMC, le Premier ministre a renouvelé sa mise en garde sur le risque de dérapage du déficit public en 2017. Il craint que celui-ci passe au-dessus de la barre des 3%.

Le gouvernement n'est pas des plus optimistes sur les mois à venir. Édouard Philippe a, en effet, confirmé sur BFMTV-RMC ce qu'il annonçait mi-juin, à savoir le risque important de dérapage du déficit public cette année.

Le 13 juin 2017, le Premier ministre déclarait qu'il existait "un risque extrêmement fort" que l'objectif de 2,8% soit dépassé, en raison des dépenses engagées en début d'année par le précédent gouvernement. Ce 20 juin, il s'est dit "encore plus dubitatif" qu'avant sa prise de fonctions sur le fait que le déficit soit dans les clous de l'objectif fixé par l'exécutif Hollande pour cette année.

"Sur la situation de cette année, 2017, le budget qui avait été adopté par la précédente mandature tablait sur un déficit de 2,8% du PIB, c'est-à-dire en dessous des 3%. J'étais déjà dubitatif au moment ou cela a été annoncé, je le suis encore un peu plus parce qu'à la place qui est la mienne je vois arriver toute une série d'informations qui me laissent à penser que l'objectif des 2,8% ne va pas être tenu".

Une série de mesures est en place en cas de dérapage

Il estime même que "le risque existe" que le déficit budgétaire dépasse les 3% du PIB. "J'aimerais que (le risque d'un déficit au-delà des 3%-NDLR) n'existe pas mais je suis obligé de reconnaître qu'il n'est pas totalement écarté. Je préférerais que non mais je pense que le risque existe", a déploré le Premier ministre. 

La semaine dernière, Édouard Philippe avait déjà prévenu qu'en cas de dérapage, toute une série de mesures serait mise en place. 

D. L.