BFM Business

Eau, énergie, services... Des fédérations CGT appellent à la grève le 3 novembre

Plus d'une centaine de salariés du groupe Suez -400 selon la CGT- ont manifesté ce mardi devant la Tour Engie de la Défense à l'appel de l'intersyndicale  pour protester contre l'OPA projetée par Veolia

Plus d'une centaine de salariés du groupe Suez -400 selon la CGT- ont manifesté ce mardi devant la Tour Engie de la Défense à l'appel de l'intersyndicale pour protester contre l'OPA projetée par Veolia - Eric Piermont

Les fédérations CGT appellent à la mobilisation pour défendre les emplois et dénoncer "les grandes manoeuvres" des groupes du CAC 40 pour "accroître le profit des actionnaires et du monde de la finance".

Plusieurs fédérations CGT (énergie, transports, construction, métallurgie, services publics) appellent ce lundi leurs salariés à la grève et à la mobilisation le 3 novembre pour défendre leurs emplois, ainsi que les services publics de l'eau, de l'énergie, des services énergétiques et du traitement des déchets.

"Les grandes manoeuvres sont lancées dans les Groupes du CAC 40 afin d'accroître le profit des actionnaires et du monde de la finance. C'est le cas avec la vente des 29,9% d'Engie dans Suez à Veolia ou le plan de casse d'Engie porté par (Jean-Pierre) Clamadieu (président d'Engie)", dénoncent les cinq fédérations CGT (FNME, FNSCBA, Service public, métallurgie et transport) dans un communiqué.

"Tous les salariés du service public ou des secteurs privés seront malheureusement impactés! Les statuts professionnels sont menacés et tous les usagers de l'eau, de l'énergie, des services énergétiques, du traitement des déchets seront impactés par les dégradations des activités", ajoutent-elles en appelant à cette journée de grève et de mobilisation "face à toutes ces attaques".

Rassemblements contre le rachat de Suez

À Paris un rassemblement est prévu devant le siège d'Engie, suivi d'une manifestation dans le quartier de la Défense où se trouvent également les sièges de Suez, EDF, RTE, Enedis et GrdF. D'autres rassemblements sont prévus en région, notamment à Bordeaux, Lyon, Bayonne et Rouen, a précisé Yohan Thiébaux, coordinateur CGT d'Engie.

"Le virage stratégique annoncé par le président du conseil d'administration, avec l'accord du gouvernement (...) fait peser un risque de démantèlement important sur le groupe: vente de l'eau et de la propreté (Suez); vente de deux tiers de Solutions dès le début 2021 soit environ 71.000 salariés; séparation de la production électrique thermique (Electrabel et ses filiales y compris en France)", dénonce la CGT d'Engie dans un autre communiqué.

"Pendant plus d'un mois, nous avons vu les salariés de Suez se débattre pour sauver leur entreprise (...). Depuis plusieurs jours, nous voyons les prises de position de certains groupes comme Bouygues, Spie, Total... désireux d'acheter nos activités en triant celles qui les intéressent et les autres", poursuit le syndicat, en appelant, elle aussi, à la mobilisation le 3 novembre.

Engie a accepté le 5 octobre de vendre à Veolia l'essentiel de ses parts (29,9%) dans son concurrent Suez pour 3,4 milliards d'euros. Le tribunal judiciaire de Paris a ordonné en référé la "suspension de l'opération" d'acquisition tant que les comités sociaux et économiques (CSE) de Suez et Suez Eau France, à l'origine de la procédure, n'auront pas été "informés et consultés" sur les "décisions déjà prises", selon l'ordonnance de référé.

P.L. avec AFP