BFM Business

Draghi visé par une enquête européenne

Mario Draghi fait partie du groupe des 30.

Mario Draghi fait partie du groupe des 30. - Frederik Florin - AFP

La médiatrice européenne, Emily O'Reilly, reproche au président de la Banque centrale européenne d'appartenir à un forum international qui regroupe de grands dirigeants du secteur financier, que son institution est censée réguler.

Voilà un dossier sur lequel Mario Draghi risque fort d'être davantage questionné. La Médiatrice européenne, Emily O'Reilly, a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête sur le président de la Banque centrale européenne, en raison de son appartenance au Groupe des Trente (G30), un forum international qui regroupe des dirigeants du secteur financier public et privé.

Cette enquête fait suite à une plainte de l'ONG Corporate Europe Observatory, explique la Médiatrice Emily O'Reilly dans une lettre adressée à Mario Draghi, datée du 17 janvier.

Outre ce dernier, l'enquête vise aussi "l'implication de hauts responsables de la BCE dans les travaux" du Groupe des Trente (G30).

Trop proches des banquiers

Le G30 réunit notamment les présidents des banques privées UBS et JP Morgan, les gouverneurs des banques d'Angleterre, du Japon et de Chine et d'autres personnalités comme l'ex-président de la BCE Jean-Claude Trichet, le prix Nobel d'économie Paul Krugman ou l'ancien président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke.

"Notre étude montre que des employés de haut niveau de la BCE sont beaucoup trop proches des représentants des banques qu'ils sont amenés à superviser et que les informations qu'ils transmettent lors des rencontres du G30 échappent à tout contrôle", a expliqué Kenneth Haar, membre de Corporate Europe Observatory.

Selon un porte-parole de la BCE, il est nécessaire que l'institution "maintienne un dialogue avec des acteurs externes".

Une autre plainte

"À ce titre, nous considérons (le G30) comme un forum pertinent avec lequel discuter, en nous rappelant toujours que nous avons une série de règles et d'instruments pour éviter des conflits d'intérêts, apparents ou potentiels", a ajouté ce porte-parole de la BCE.

Une plainte similaire avait été déposée en 2012 par la même ONG, déjà contre Mario Draghi, qui avait finalement été lavé de tout soupçon de conflit d'intérêts.

"Le plaignant soutient que le contexte dans lequel la BCE opère actuellement est très différent de celui" de 2012, détaille la Médiatrice européenne dans sa lettre pour justifier l'ouverture d'une nouvelle enquête.

Le Médiateur européen est un organisme indépendant qui enquête sur des cas de mauvaise administration des institutions de l'UE, après des plaintes de citoyens, d'entreprises ou d'autres organismes européens.

Président de la BCE depuis 2011, Mario Draghi a déjà été critiqué sur son parcours et son passage chez Goldman Sachs (2002-2005), à une époque où la banque américaine aidait la Grèce à maquiller ses comptes.

J.M. avec AFP