BFM Business

Déficits: Merkel évoque la "flexibilité" des règles budgétaires

Angela Merkel a recadré les pays désireux d'assouplir les règles budgétaires.

Angela Merkel a recadré les pays désireux d'assouplir les règles budgétaires. - -

La chancelière allemande a réaffirmé sa position concernant le plafonnement des déficits et des dettes publiques des pays européens, ce mercredi 25 juin. Mais, selon elle, le pacte de stabilité doit être utilisé avec souplesse.

Angela Merkel semble peu encline à reculer sur l'épineux sujet des règles budgétaires. La chancelière allemande a en effet répété, mercredi 25 juin devant le Bundestag, son attachement au pacte européen de stabilité et de croissance dans sa forme actuelle, à la veille d'un important sommet européen, jeudi et vendredi.

Ce pacte, qui engage les pays de la zone euro notamment sur un plafonnement de leurs déficits et de leur dette publique, "constitue un excellent cadre" qui "fixe des règles claires" pour assurer aux pays membres à la fois croissance économique et discipline budgétaire, a-t-elle déclaré dans un discours devant les députés allemands.

Toutefois, celui-ci "offre une multitude de possibilités de flexibilité", a poursuivi la chancelière. Une nuance qui pourrait augurer d'un rapprochement de points de vue avec les gouvernements sociaux-démocrates européens.

La France et l'Italie veulent plus de liberté d'action

Un certain nombre de pays, France et Italie en tête, aimeraient desserrer le corset des règles budgétaires européennes pour pouvoir investir davantage et soutenir la croissance.

Ce débat est reparti de plus belle ces dernières semaines sur fond de marchandage sur la nomination d'une nouvelle Commission européenne, et sera au menu du sommet européen à Bruxelles.

Le ministre allemand de l'Economie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, avait donné du grain à moudre aux partisans d'un assouplissement des règles en déclarant la semaine dernière en France qu'il fallait donner "du temps aux pays décidés à mener des réformes".

Mais Angela Merkel s'était empressée de corriger le tir. Elle a répété ce mercredi que la coalition qu'elle dirige, qui réunit ses conservateurs et les sociaux-démocrates, "soutenait pleinement les règles du pacte".

Y. D .avec AFP