BFM Business

Dans les entreprises françaises, on utilise de moins en moins le téléphone

-

- - -

Le volume de communications vocales passées depuis un poste fixe en entreprises s'est effondré en 10 ans tandis que le mobile stagne, révèle le dernier observatoire de l'Arcep. Par contre, l'utilisation de la data explose.

Longtemps outil numéro un des entreprises, le téléphone fixe n'a plus vraiment la cote. D'un côté, le nombre d'abonnements baisse même s'ils demeurent conséquent : 8,4 millions en 2018 contre 10,1 millions en 2010. Mais surtout, le volume d'appels vocaux passés depuis une ligne fixe professionnelle est en en forte baisse depuis 2010, peut-on lire dans le dernier observatoire sur le marché des entreprises de l'Arcep, le régulateur des télécoms.

Ainsi, de 27,2 milliards de minutes d'appels depuis un téléphone fixe en 2010, on est passé à 16,6 milliards en 2018. Sur cette période, on n'observe qu'une seule année de progression, entre 2011 et 2012.

La surprise vient des appels passés depuis un téléphone mobile pro qui finalement stagnent sur la période observée alors que le nombre d'abonnements a bondi, passant de 6,8 millions en 2010 à 9 millions en 2018.

Le volume de minutes est ainsi passé de 19,6 milliards en 2010 à 19,9 milliards en 2018. Reste que le mobile est clairement plus utilisé que le bon vieux poste fixe pour passer des appels, la bascule a eu lieu en 2016 comme le montre le graphique ci-dessous.

Cette tendance se traduit également dans la consommation en heures par mois et par ligne. La consommation s'écroule dans le fixe (6h25 en 2010, 3h57 en 2018) et s'effrite dans le mobile (4h21 en 2010, 3h38 en 2018).

"Sur réseaux mobiles, les consommations moyennes évoluent de manière contrastée selon les différents services. Le trafic mensuel moyen de communications par ligne mobile entreprise recule pour la deuxième année consécutive (-13 minutes en deux ans), alors que celui de la clientèle résidentielle s’est stabilisé depuis 2013. En conséquence, ces consommations moyennes tendent à converger et sont en 2018, très proches (respectivement 3h38 et 3h34)", commente l'Arcep.

Finalement, comme le grand public, les professionnels préfèrent désormais utiliser d'autres services pour communiquer: SMS, mais surtout services internet comme les messageries instantanées, outils collaboratifs. Du coup, la consommation de données explose.

La consommation moyenne SMS et MMS progresse ainsi chaque année depuis 2011 pour atteindre, en 2018, 94 messages mensuels par ligne (+5,4% en un an). "Cependant, cette consommation reste très modérée en comparaison avec celle des clients résidentiels détenteurs d’un forfait (255 messages par mois)", note le régulateur.

De son côté, la consommation de services internet mobile par les entreprises augmente très vite, pratiquement au rythme de celle des particuliers (+50% en un an par ligne entreprise, +60% pour un forfait résidentiel). En revanche, leur consommation mensuelle moyenne, 2,3 Go en 2018, est plus de deux fois inférieure à celle d’un client résidentiel détenteur d’un forfait (5,3 Go).

Olivier Chicheportiche