BFM Business

Crédit lyonnais: la justice ne lâche pas Bernard Tapie

La justice s'intéresse de nouveau à l'affaire entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais.

La justice s'intéresse de nouveau à l'affaire entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais. - -

L'affaire entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais pourrait connaître un énième rebondissement. Un recours serait en passe d'être déposé contre l'arbitrage qui a accordé 400 millions d'euros à l'homme d'affaires, en 2008.

Peut être un nouvel épisode dans l'affaire entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais. L'homme d'affaires avait touché, en 2008, 400 millions d'euros après un arbitrage dans le litige qui l'opposait à la structure chargée de solder le passif de la banque. Un arbitrage qui a suscité, à l'époque, une polémique sur fond de soupçons de conflit d'intérêt. Un recours est aujourd'hui envisagé.

Au coeur de l'affaire : la décision du tribunal arbitral chargée de régler le litige entre le Crédit Lyonnais et Bernard Tapie au sujet de la vente d'Adidas. En 2008, les arbitres condamnent la structure publique chargée de solder le passif de la banque à verser 400 millions d'euros à l'homme d'affaires.

Un recours envisagé

C'est cette structure qui envisage aujourd'hui de lancer un recours. Une enquête aurait révélé des conflits d'intérêts entre certains des arbitres et Bernard Tapie et ses avocats. La justice pourrait se prononcer sur le fond de l'affaire.

Car sur la forme, la justice enquête déjà depuis l'an dernier. Une instruction a été ouverte sur la légalité du recours à l'arbitrage dans ce dossier, qui, selon certains, aurait du revenir à la justice "traditionnelle".

Une décision prise à l'époque par la ministre de l'Economie, Christine Lagarde. "C'était la meilleure solution" selon elle. Mais d'autres dénoncent un faux arbitrage orchestré depuis l'Elysée.

Simon Tenenbaum