BFM Business

Contrat unique: Valls trouve l'idée "intéressante"

Manuel Valls éa défendu son action sur BFMTV et RMC, jeudi 23 octobre.

Manuel Valls éa défendu son action sur BFMTV et RMC, jeudi 23 octobre. - BFMTV

Invité de BFMTV-RMC ce jeudi, le Premier ministre a réaffirmé son intérêt pour un contrat de travail unique. Il s’est également montré pessimiste en ce qui concerne les chiffres du chômage de septembre, qui seront publiés vendredi.

Prudent dans ses propos, Manuel Valls n’en reste pas moins déterminé à réformer le marché du travail. Le Premier ministre, invité de BFMTV et RMC ce jeudi matin, a en effet réaffirmé que le contrat de travail unique était une option envisageable. "C’est une idée qui est celle de Jean Tirole (prix Nobel d’économie, ndlr). L’idée est intéressante", même si "les partenaires sociaux ne l’ont pas adoptée", a-t-il déclaré.

L'idée d'un contrat unique, déjà évoquée par Nicolas Sarkozy ou François Bayrou, a récemment été reprise par Manuel Valls. Il serait destiné à réduire l'écart entre les "salariés très protégés en CDI" et "des salariés très précaires en CDD et en intérim", selon ses propos rapportés par L'Obs jeudi.

Le gouvernement "pourrait évoluer" sur les seuils sociaux

Le chef du gouvernement a ensuite assuré ne pas vouloir passer en force, martelant que ces mêmes partenaires sociaux "doivent être respectés". Mais il a rappelé que d’autres options étaient sur la table, comme une évolution des seuils sociaux sur lesquels le gouvernement "pourrait évoluer pour libérer les énergies".

Même chose en ce qui concerne l’assurance-chômage: "il y a une négociation en 2016, et une clause de revoyure en 2015", a-t-il glissé. La convention passée en juin dernier entre patronat et syndicats prévoit en effet de faire un point tous les six mois. A ce moment, il peut être décidé de rouvrir le dossier. La prochaine clause de revoyure pourra ainsi être utilisée en janvier, comme l'a appelé de ses voeux le président du Medef Pierre Gattaz.

"Le CICE, ça marche"

Manuel Valls a également défendu le controversé Crédit d’impôt compétitivité (CICE), accusé par certains membres de la majorité d’être inefficace car mal ciblé. "Ce débat a déjà eu lieu. Le CICE ça marche, notamment pour les petites entreprises. Cela permet d’acheter une machine à outil, de créer des emplois (…) Attendons qu’il donne des résultats".

Enfin, le Premier ministre s’est montré pessimiste quant aux chiffres du chômage pour le mois de septembre, qui seront publiés vendredi. "Je n’ai évidemment pas les chiffres, mais quand on a une croissance aussi faible en France et en Europe, il ne faut pas s’attendre à de bonnes nouvelles".

Yann Duvert