BFM Business

Comment Macron entend "redonner du pouvoir" aux agriculteurs

Emmanuel Macron veut "un Grenelle de l'alimentation"

Emmanuel Macron veut "un Grenelle de l'alimentation" - Pascal Lachenaud - AFP

Le leader d'En Marche! a livré ce mardi ses propositions pour le monde agricole. Il veut un "Grenelle de l'alimentation" et compte investir 5 milliards d'euros pour moderniser les exploitations françaises.

Un "Grenelle de l'alimentation", des mécanismes de soutien des prix, des associations de producteurs facilitées: Emmanuel Macron a présenté ce mardi son programme pour l'agriculture alors qu'il visitait une ferme de la Mayenne située à moins de 20 kilomètres de... Sablé-sur-Sarthe, fief de François Fillon.

À la veille de son passage au salon de l'Agriculture et à deux jours de la présentation de son programme global, le candidat d'En Marche! est venu à la rencontre d'agriculteurs dans cette terre d'élevage laitier.

Emmanuel Macron en a profité pour attaquer son rival de la droite en rappelant que ce dernier était Premier ministre en 2008, quand la suppression des quotas laitiers européens avait été approuvée.

Fillon attaqué

"Qui était en responsabilité en 2008? Quand on a décidé d'arrêter avec la PAC d'hier, quand on a décidé d'arrêter avec les quotas laitiers, quand on a décidé qu'il ne fallait pas moderniser les exploitations agricoles et que tout allait bien se passer? Ce n'était pas votre serviteur", a lancé Emmanuel Macron, accompagné de l'ancien ministre centriste Jean Arthuis.

Il a de nouveau visé François Fillon en s'attaquant à "certains (qui) ont été pyromanes et veulent réparer ce qu'ils ont eux-mêmes fait".

Emmanuel Macron a donné comme objectif principal à son programme de "redonner du pouvoir aux producteurs", tout en refusant de commenter précisément les négociations avec le géant laitier Lactalis, accusé d'étrangler financièrement les producteurs.

"Grenelle de l'alimentation"

L'ancien ministre de l'Économie a notamment proposé de "généraliser les associations de producteurs", quitte à assouplir les règles européennes sur la concurrence et les cartels. Il s'est également dit prêt si nécessaire à revenir sur la loi de modernisation économique de 2008, qui a introduit une négociation annuelle "qui pressure les producteurs".

Emmanuel Macron propose également "un programme d'investissement d'avenir agricole" de 5 milliards d'euros sur cinq ans pour moderniser les exploitations françaises. Les "services environnementaux" rendus aujourd'hui gratuitement par les agriculteurs seraient par ailleurs rémunérés à hauteur de 200 millions d'euros.

Enfin il a proposé d'organiser "un Grenelle de l'alimentation" dès les premiers mois du quinquennat pour "réconcilier" les agriculteurs, les consommateurs et les acteurs de l'environnement.

J.M. avec AFP