BFM Business

Comment le plan de relance européen veut accélérer la transition écologique

Principale mesure défendue par la France, la mise en place d'une taxe carbone pour freiner les produits importés en Europe devra financer le plan de relance européen.

Le plan de relance européen sera vert ou ne sera pas. Les 27 Etats membres ont conditionné les 750 milliards d'euros d'aides à une accélération de la transition écologique en Europe.

Les "27" devront monter des projets avec des contraintes environnementales fortes pour décrocher les précieuses subventions nécessaires à relancer leurs économies.

La fin de l'Europe "naïve"

La France a défendu bec et ongle qu'au moins 30% des dépenses européennes soient accordées pour verdir la production industrielle, les transports ou l'énergie. Cela représentera 13 milliards d'euros pour la France.

Pour la suite, le gouvernement français défend toujours la mise en place d'une taxe carbone pour freiner les produits importés en Europe. Une vieille idée qui n'a encore pas abouti pour lutter contre le dumping chinois sur l'acier ou le ciment par exemple. Elle permettra surtout de financer une partie du plan de relance.

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton l'annonce haut et fort: "C'est la fin de l'Europe naïve" qui a laissé s'installer une concurrence déloyale au bénéfice notamment des entreprises chinoises.

Mathieu Pechberty et OC