BFM Business

Christine Lagarde veut accélérer la création de l'union bancaire

Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, était à Bercy ce 10 septembre

Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, était à Bercy ce 10 septembre - -

La directrice générale du FMI a plaidé, ce mardi 10 septembre, pour la mise en place rapide du projet d'union bancaire. Mais France et Allemagne divergent sur ce point.

Christine Lagarde est pressée. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a demandé, ce mardi 10 septembre, aux pays de la zone euro de mettre en place rapidement leur projet d'union bancaire pour tirer un trait définitif sur la crise.

"Beaucoup voient dans la zone euro un superbe navire qui a été construit, conçu (...) pour les mers calmes, mais qui n'est pas totalement fini pour les mers fortes. Cette partie du navire – l'union bancaire - a besoin d'être finie, doit être menée à bien, et la rapidité est essentielle ", a déclaré l'ancienne ministre de l'Economie, lors d'un séminaire organisé à Bercy par la direction du Trésor et le FMI sur les contours que pourrait avoir une future union budgétaire européenne.

Cette annonce est loin d'être anodine. Les Européens divergent en ce moment, Allemagne et France notamment, sur le rythme de mise en place de cette union. A la veille du G20 de Moscou, la semaine passée, un responsable allemand a mis en garde contre tout calendrier "irréaliste" d'installation de cette union, qui passerait par un mécanisme de supervision unique des banques européennes sous l'égide de la Banque centrale européenne (BCE).

Feuille de route crédible

Christine Lagarde a indiqué que les gouvernements européens ne pouvaient compter uniquement sur la politique monétaire accommodante de la BCE pour stabiliser la situation en zone euro et que bâtir les fondements d'une plus grande intégration, via notamment l'union bancaire, était crucial à cet égard.

Le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici, a réitéré de son côté ce amrdi la volonté de la France de proposer à ses partenaires une "feuille de route crédible et équilibrée" vers une union budgétaire.

Celle-ci doit passer, selon lui, par la constitution à moyen terme d'un "socle de fédéralisme budgétaire" qui reposerait sur une composante financée en commun au niveau des pays membres et une composante nationale.

Diane Lacaze & AFP