BFM Business

Carburant : "Nous maîtrisons pleinement la situation", assure Valls

"Depuis Tel Aviv, le Premier ministre s’est dit "déterminé à ce qu'il n'y ait aucune pénurie" de carburant en France. Et s’en est pris au passage à la CGT et Force ouvrière."

Même si la tendance ne semble pas favorable à une sortie de crise, le gouvernement veut croire que celle-ci s’inversera. Après Alain Vidalies, Manuel Valls a en effet pris la parole dimanche pour tenter de rassurer les automobilistes, alors que la CGT et FO ont appelé les chauffeurs routiers à bloquer les raffineries et dépôts de carburants pour protester contre le projet de loi travail.

"Nous maîtrisons pleinement la situation, je pense qu'un certain nombre de raffineries ou de dépôts qui étaient bloqués sont débloqués ou vont l'être dans les heures ou dans les jours qui viennent. Nous sommes très déterminés à ce qu'il n'y ait aucune pénurie en France", a ainsi déclaré le Premier ministre à des journalistes, en marge d'une visite à des start-up françaises à Tel Aviv.

"Il n'y a aucune raison aujourd'hui de bloquer des dépôts"

"Moi, je demande à chacun de ne pas être dans cette position alarmiste qui vise au fond à faire peur (...) Moi, j'en appelle à la responsabilité de tous", a-t-il poursuivi.

"J'ai été très étonné aussi d'un certain nombre de messages, notamment de la CGT et Force ouvrière, alors même que nous avons apporté des garanties encore ces dernières heures et jours sur le paiement des heures supplémentaires. Il n'y a aucune raison aujourd'hui de bloquer des dépôts ou des raffineries et de gêner nos compatriotes", a ajouté le chef du gouvernement.

"Chacun peut être pleinement conscient de la détermination du gouvernement français à ce qu'il n'y ait aucune pénurie. Nous avons les réserves de toute façon pour faire face à ces blocages et je veux dire encore une fois notre détermination à mener les réformes et je veux dire à tout le monde que la loi sur le travail, bonne pour les entreprises et pour les salariés, va suivre son cours au Parlement et sera adoptée définitivement en juillet. Personne ne peut en douter un seul instant", a-t-il assuré.

Y.D. avec AFP