BFM Business

Bruxelles affiche son pessimisme pour la croissance française

Bruxelles prévoit une croissance de seulement 1,2% pour la France en 2014

Bruxelles prévoit une croissance de seulement 1,2% pour la France en 2014 - -

La Commission européenne a publié, ce vendredi 22 février, ses prévisions de croissance pour l’Union européenne pour 2013 et 2014. Bruxelles voit la croissance française caler et le chômage encore progresser.

Deux fois zéro, ou presque. La Commission européenne a publié, ce vendredi 22 février, ses prévisions de croissance et de déficit pour les pays de l’Union européenne. Des prévisions qui évidemment étaient particulièrement attendues par la France, l’Exécutif ayant plusieurs fois indiqué qu’il attendait les estimations bruxelloises pour réviser ses propres objectifs de croissance et de déficit, de respectivement 0,8 et 3%.

Et le verdict est loin d’être réjouissant. Alors que la croissance française a déjà atteint le point mort en 2012, Bruxelles table sur un hausse du PIB français de seulement 0,1% pour 2013. Elle prédisait auparavant 0,4% de croissance pour cette année. Une prévision qui est en ligne avec celle de l’Observatoire de BFM Business, qui dès septembre, tablait sur une croissance nulle pour la France en 2013.

Plus inquiétant encore, l’année 2014 s’annonce également morose : La Commission européenne ne table ainsi que sur 1,2% de croissance. Pour rappel, tous ces chiffres sont inférieurs à la croissance qu’avait connue la France en 2011 : 1,7%.

Bruxelles plus pessimiste que le FMI sur le déficit

Conséquence : la Commission européenne voit le déficit public français déraper de 3,7% cette année, contre 3,5% précédemment, bien loin des 3% initialement prévus par le gouvernement. Ce chiffre est également plus fort que celui anticipé par le Fonds monétaire international, à 3,5%.

Et en 2014, Bruxelles voit encore ce déficit se creuser à 3,9%. Une forme de désaveu pour François Hollande, dont l'objectif est d'atteindre les 0% en 2017. Pour autant, la Commission européenne n'exclut pas de repousser à 2014 l'objectif d'un déficit à 3% pour la France, sous certaines conditions. Elle examinera cette possibilité au printemps, selon Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires économiques.
En outre, la Commission a invité la France à poursuivre ses réformes et ses efforts en matière budgétaire, "pour la croissance et l'emploi".

Concernant l'emploi, justement, alors que l'Insee voit le chômage français monter jusqu'à 10,9% dès la mi-2013, Bruxelles est plus modéré pour cette année à 10,7%. Un chiffre qui reste néanmoins supérieur aux prévisions du FMI (10,6%)

Pour 2014, la Commission européenne estime que le chômage français se situera à 11,0%. ce qui signifie tout simplement que François Hollande n'aura pas réussi à inverser la courbe du chômage à la fin de cette année.

>> Lire aussi - Déficit, croissance: la journée de vérité pour François Hollande

Julien Marion