BFM Business

Bruno Le Maire place sa candidature à l’UMP sous le signe du libéralisme

Loin des querelles de personnes, Bruno Le Maire veut inscrire sa candidature dans le retour à un certain libéralisme.

Loin des querelles de personnes, Bruno Le Maire veut inscrire sa candidature dans le retour à un certain libéralisme. - -

L'ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement Fillon a annoncé, le 20 août, sa candidature à la présidence du parti de droite. Sur le plan économique, il souhaite un moindre interventionnisme de l’Etat.

Bruno Le Maire brigue la présidence de l’UMP. C’est au travers d’une interview accordée au Figaro, lundi 20 août, qu’il a dévoilé ses intentions. Loin des querelles de personnes, l'ancien ministre de l'Agriculture du gouvernement Fillon souhaite inscrire sa candidature dans le retour à un certain libéralisme.

"Nous devons remettre la liberté au premier plan de nos ambitions économiques et sociales", a déclaré le député de l’Eure sur son blog. Une manière pour lui de trancher dans le vif, d'afficher sa rupture après des décennies sous la présidence de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy.

François Fillon et Jean-François Copé aussi sur les rangs

Bruno Le Maire l'écrit: "Il faut repenser le rôle de l'Etat, qui ne doit plus être le grand ordonnateur de notre économie. Ne pas promettre le contrôle des prix du gaz, du pétrole, ne pas interdire les licenciements en situation de crise..."

En fait, la France est l'un des rares pays dans lesquels il n'existe pas de parti libéral qui pèse sur la scène politique. C'est donc un défi de taille pour Bruno Le Maire que de tenter de réorienter l'UMP. Surtout face à un François Fillon, candidat déclaré, ou un Jean-François Copé sur le point de l'être, qui ne tirent pas forcément la corde dans la même direction.

Jean-Baptiste Huet et BFMBusiness.com