BFM Business

Bruno Le Maire: "Il faut reprendre l'activité, si on ne veut pas laisser un champs de ruine derrière nous"

Il doit sauver la France de la faillite, tout en respectant comme chacun des Français, les règles sanitaires et de confinement. Nous avons suivi ce matin Bruno Le Maire, de son arrivée au ministère de l'Economie et des Finances, à plusieurs de ses réunions de travail.

Conférences téléphoniques, cabinet restreint... Voilà à quoi ressemble dorénavant le quotidien de Bruno Le Maire à Bercy, le ministère de l'Economie et des Finance. Le bâtiment est quasi vide, 250 agents seulement sur les 5000 sont présents. Les autre télétravaillent. Depuis son bureau il pilote la crise économique, et son plan de soutien de 110 milliards d'euros. De jamais vu, des mesures impensables en temps normal.

"Un plan massif et immédiat"

"Dès le début du mois de mars, j'ai proposé au président de la République, un plan massif et immédiat, forcément un peu grossier". Depuis le ministre et ses équipes "corrigent" pour prendre en compte les oubliés du début. 

Chaque jour, les visoconférences s'enchaînent. Aujourd'hui, il dialogue avec le gouverneur de la Banque de France, et des représentants d'organisations patronales de la reprise de l'activité économique prévue le 11 mai.

"Il faut reprendre l'activité, si on ne veut pas laisser un champs de ruines derrière nous", leur explique le ministre. Reste à résoudre la difficile équation de la sécurité sanitaire "totale", précise le ministre. "Mais on ne peut pas s'arrêter pendant des mois et mois, sinon le remède sera pire que le mal".
Fanny Morel, Régis Desconclois, Nicolas de Labareyre, Baptiste Besson, Floriane Soyer et Damien Bois avec Anne-Katell Mousset