BFM Business

Besancenot : « Je propose un nouveau service public bancaire »

-

- - -

Olivier Besancenot, porte-parole de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), a fustigé le système bancaire actuel et souhaite le voir modifié en profondeur.

Invité mardi 21 octobre, le porte-parole de la LCR Olivier Besancenot a commenté la crise financière et ses conséquences sur le système bancaire : « Je pense que plutôt que de faire vivre à tout prix sous perfusion une économie de marché qui est en train de s'écrouler, on devrait changer de logiciel. Plutôt que de redonner de la confiance à tout prix à des banquiers, redonnons confiance à la majorité de la population et donnons les moyens d'avoir la satisfaction des besoins sociaux, de la demande sociale ».

« Quand nous on propose d'augmenter les salaires, d'interdire les licenciements, on pense qu'à terme c'est le seul moyen. Pourquoi les centaines de milliards d'euros qu'on est en train de trouver on ne les donnerait qu'aux banquiers ? Pourquoi on ne nous les donnerait pas à nous ? C'est le dilemme de l'économie de marché : l'économie de marché, on produit d'abord, on se pose les problèmes ensuite. Quitte à créer du gaspillage, quitte à créer du chaos climatique, quitte à créer la catastrophe sociale. Changer de logiciel, ça veut dire anticiper les besoins sociaux, environnementaux, pour chercher à les satisfaire avec une production à la hauteur du raisonnable ».

« C'est des mesures concrètes qu'on pourrait faire aujourd'hui dans le domaine des banques. Je suis pour que les pouvoirs publics s'immiscent dans l'économie de marché. Mais pas pour servir de bouée de sauvetage à des entreprises privées qui s'écroulent, mais pour concrètement ôter à une minorité d'individus le pouvoir absolument exorbitant qu'elle est en train d'exercer sur l'économie et la société. Par exemple, ça passe immédiatement par le droit de savoir pour la majorité de la population : lever le secret bancaire, commercial, industriel, pour savoir où passe l'argent public au sein de tous ces groupes ».

« Plutôt que de nationaliser les entreprises bancaires privées qui sont en train de s'écrouler, je propose de réunifier toutes les banques, publiques ou privées, dans un seul et même pôle public. Je demande un nouveau service public bancaire. Pas seulement sous le contrôle de l'Etat, mais d'abord sous le contrôle des salariés, des usagers, des consommateurs. On a quand même le droit de savoir où passe notre argent en tant que salariés et en tant que contribuables ».

La rédaction-Bourdin & Co