BFM Business

Bahamas Leaks: Bruxelles veut des "clarifications" de Neelie Kroes

Bruxelles a demandé par courrier des éclaircissements à son ancienne commissaire à la concurrence, Neelie Kroes.

Bruxelles a demandé par courrier des éclaircissements à son ancienne commissaire à la concurrence, Neelie Kroes. - Marcel van Hoorn - ANP - AFP

Au lendemain de la parution dans la presse des "Bahamas Leaks", qui entachent la réputation de l'ex-commissaire européenne à la concurrence, la Commission dit attendre des "clarifications" de sa part.

La Commission européenne a indiqué jeudi attendre des "clarifications" de l'ex-commissaire à la Concurrence Neelie Kroes, au lendemain de la parution dans la presse des "Bahamas Leaks" pour décider d'éventuelles mesures à prendre. La presse a en effet dévoilé mercredi que Neelie Kroes aurait été pendant son mandat directrice d'une société aux Bahamas.

"La Commission européenne cherche à avoir des clarifications. Une fois tous les faits sur la table, la Commission va décider des actions à entreprendre", a déclaré Margaritis Schinas, porte-parole de la Commission européenne, lors du point de presse quotidien à Bruxelles.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a signé jeudi une lettre pour demander des clarifications à celle qui fût commissaire à la Concurrence entre 2004 et 2009, avant d'être vice-présidente jusqu'en 2014 de la Commission européenne présidée alors par José Manuel Barroso, a ajouté Margaritis Schinas.

Aucune précision sur d'éventuelles sanctions

"Cette lettre est un élément important pour établir les futures étapes. La lettre est sortie ce jeudi, j'imagine qu'elle va répondre, je ne sais pas quand. Cela dépend du nombre de détails nécessaires", a poursuivi Margaritis Schinas.

La porte-parole a en outre insisté sur la sévérité des règles pour tous ceux qui "ont l'honneur" de servir la Commission européenne, mais a refusé de détailler les éventuelles sanctions possibles tant que les faits reprochés n'étaient pas clairement établis.

D'après les documents en possession du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et du Consortium international des journalistes d'investigation ICIJ, révélés par les quotidiens néerlandais Trouw et Het Financieele Dagblad, Neelie Kroes a été directrice de Mint Holdings Ltd., une entreprise offshore établie aux Bahamas, "du 4 juillet 2000 au 1er octobre 2009".

Entorse au code de conduite de l'UE

Or, entre 2004 et 2009, Neelie Kroes était commissaire à la Concurrence. Et le code de conduite de l'UE dispose que "les membres de la Commission ne peuvent exercer aucune autre activité professionnelle, rémunérée ou non".

En outre, les commissaires européens doivent, au début de leur mandat, non seulement renoncer à toutes leurs fonctions de direction, mais aussi notifier dans un registre public toutes celles, ayant donné lieu ou non à un paiement, exercées les dix années précédentes.

L'ex-ministre néerlandaise des Transports assure avoir abandonné en 2002 son poste au sein de Mint Holdings et avoir quitté cette entreprise en 2004, au début de son premier mandat en tant que commissaire européenne, ont rapporté les médias néerlandais.

N.G. avec AFP