BFM Business

Athènes prêt à des concessions sur sa dette

La Grèce pourrait ne pas rembourser ses créanciers.

La Grèce pourrait ne pas rembourser ses créanciers. - Aris Messinis - AFP

Athènes se dit prêt à faire de nouvelles concessions pour aboutir à un accord, tandis que les autres pays européens n'excluent pas un défaut de la Grèce.

Ce samedi 13 juin au matin, des représentants du gouvernement grec rencontrent les créanciers du pays à Bruxelles. 

Athènes se montrait confiant quant à l'issue de cette réunion. Vendredi, le gouvernement s'est dit "prêt" à déposer des "contre-propositions" en vue d'un accord sur le financement du pays. Il a estimé dans un communiqué que les deux parties "sont plus près que jamais d'un accord".

Samedi midi, une source gouvernementale grecque assurait à l'AFP qu'Alexis Tsipras, s'est dit favorable à "un accord viable" avec les créanciers, UE et FMI, même au prix de nouvelles concessions.

"Si on arrive à un accord viable, même si le compromis est difficile, on va relever ce défi car notre seul critère est la sortie de la crise", a indiqué Alexis Tsipras lors d'une réunion vendredi soir avec ses collaborateurs, cité dans un communiqué du gouvernement.

Vers un défaut de la Grèce?

En revanche, les autres Etats européens sont moins optimistes. Les Etats membres de la zone euro ont discuté de la possibilité d'un défaut de paiement grec, si les discussions entre Athènes et ses créanciers n'aboutissent pas dans les jours qui viennent et conduisent la Grèce, à court d'argent, à ne pas rembourser le FMI en fin de mois, ont annoncé vendredi à l'AFP plusieurs sources européennes.

"Les créanciers et les Etats membres ont décidé de commencer à envisager les conséquences d'un non-remboursement de (la dette de) la Grèce et au-delà", a déclaré une source européenne. "Un défaut (de paiement grec) est en discussion", mais ce n'est pas la même chose qu'une sortie de la zone euro, a souligné une deuxième source européenne. "C'est pour se préparer au pire des scénarios. Les Etats membres voulaient savoir ce qu'il en était", a confirmé une autre source au fait des discussions.

Ce scénario a été évoqué au cours d'une réunion de l'Euro Working Group, l'instance préparatoire de l'Eurogroupe, qui se déroule depuis jeudi à Bratislava (Slovaquie).

Le 30 juin, la Grèce doit rembourser 1,6 milliard de prêts du FMI et des doutes subsistent sur sa capacité à honorer cette échéance sans le déblocage de 7,2 milliards d'euros restant à verser dans le cadre du deuxième plan de sauvetage mis au point pour ce pays, en cours depuis 2012. Ce plan expire également à la fin du mois.

D. L. et J. H. avec AFP