BFM Business

Assurance chômage: "Macron a des progrès à faire"

Emmanuel Macron a suscité de nombreuses réactions après avoir évoqué une réforme de l'assurance chômage.

Emmanuel Macron a suscité de nombreuses réactions après avoir évoqué une réforme de l'assurance chômage. - Bertrand Langlois - AFP

REVUE DE PRESSE - La sortie du ministre de l'Economie au sujet de l'assurance chômage a fait réagir les éditorialistes de la presse quotidienne, lundi 13 octobre. Tour d'horizon.

La sortie d’Emmanuel Macron au sujet de l’assurance-chômage est loin d’être passée inaperçue, en témoignent les nombreuses réactions au sein de la majorité. Ce lundi, la presse a pris le relais, entre encouragement et incompréhension devant ce qui ressemble à un nouveau couac gouvernemental.

"Il serait bon que François Hollande clarifie la situation"

"La vérité est que le pouvoir, écartelé entre les exigences de plus en plus pressantes de Bruxelles et les résistances de plus en plus fortes de sa majorité, envoie des signaux contradictoires. Nommé en remplacement de Montebourg qui rudoyait trop les patrons, Macron malmènerait trop les salariés. À l'abord de l'examen de la loi de finances, il serait bon que François Hollande clarifie vraiment la situation, écrit ainsi La Montagne dans son édition du jour.

"La chasse au Macron est ouverte"

"Un simple faux-pas, une infime erreur de communication à propos de l'assurance chômage, et la chasse au Macron est instantanément ouverte, tance Le Républicain lorrain, pour qui la ligne social-libérale assumée sans complexe n'est pas vraiment reçue avec l'enthousiasme requis au PS où, sur fond de déculottées électorales, on pense surtout à l'organisation du prochain congrès".

"L'arrêt de mort politique" de Macron

Midi Libre, de son côté, se montre encore plus sévère avec Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, qui avait sèchement répondu aux déclarations du ministre de l’Economie. "Emmanuel Macron a signé son arrêt de mort politique en allant au-delà de la ligne jaune fixée par le président de la République. Les porte-flingues de François Hollande, avec à leur tête Jean-Christophe Cambadélis, ont déjà tué celui qui ne venait pas du sérail. Macron peut avoir de grandes idées sur la réforme de l'assurance chômage, il est prié de refermer rapidement sa boîte à outils. Le sourire carnassier du premier secrétaire veille. Quelques semaines après sa nomination, le jeune libéral de la gauche mesure combien le chemin de la transformation des mentalités est long".

"Un fossé qui se creuse"

"Le débat essentiel n'est même plus là", déplore quant à lui Sud-Ouest. "Il est dans cette incompréhension croissante qui monte entre le parti socialiste et le gouvernement qu'il est censé soutenir. Il est dans ce fossé chaque jour plus béant qui se creuse entre une gauche " social-libérale " décidée à accomplir ces réformes douloureuses que nos grands voisins, à commencer par l'Allemagne, ont déjà réalisées et une gauche radicale qui ne veut plus entendre parler du moindre recul sur les acquis sociaux".

"Macron a des progrès à faire"

Plus neutre, La République des Pyrénées résume la situation : Pour un gouvernement qui a fait de la réforme sa vocation, il est par surcroît judicieux de bien expliquer comment l'on va faire. Emmanuel Macron a montré qu'il avait des progrès à faire dans ce domaine, en s'avançant sur le terrain de l'assurance chômage où, manifestement, il en a raconté plus qu'il n'est en mesure d'accomplir. 

Y.D. avec AFP