BFM Business

Après la loi Macron I, bientôt la II

Emmanuel Macron, le 29 mai 2015.

Emmanuel Macron, le 29 mai 2015. - Bertrand Langlois - AFP

En partie retoquée par le Conseil Constitutionnel, la loi Macron sera "mise en oeuvre sans délai" et les mesures annulées seront représentées "dans les prochains mois", annonce Manuel Valls. Mais Bercy travaille déjà à l'élaboration d'une loi Macron II.

Le Conseil constitutionnel a retoqué hier soir quelques articles de la loi Macron. Mais dans sa quasi-totalité, le texte du ministre de l'Economie passe. La loi pour la croissance et l'activité va "être mise en oeuvre sans délai", a annoncé le Premier Ministre ce 6 août.

"Certaines dispositions vont s'appliquer immédiatement, comme l'ouverture des lignes d'autocars entre grandes villes, l'accélération des procédures devant les prud'hommes ou le nombre de dimanches où les commerces pourront ouvrir", indique le chef du gouvernement dans un communiqué. "Les autres mesures entreront en vigueur d'ici la fin de l'année" a annoncé ce jeudi 6 août le Premier ministre Manuel Valls.

Les mesures annulées par le Conseil constitutionnel seront présentées de nouveau au Parlement "dans les prochains mois", a ajouté le Premier ministre. 

Et déjà se pose la question de la suite. Depuis le début de l'été, on sait qu'une loi Macron II est en préparation et l'exécutif l'a répété il y a quelques jours, les réformes doivent continuer. Un nouveau grand chantier mais des contours encore très flous. Sous l'appellation assez large de projet de loi sur le numérique, Emmanuel Macron veut donner une suite à ses réformes.

Libérer l'activité

Il s'agit ici encore de libérer l'activité. Mais cette fois, tout particulièrement autour des nouveaux métiers du numérique. "Stimuler les créations d'entreprises et l'emploi dans les technologies nouvelles", avait dit le chef de l'Etat lors de son allocution du 14 juillet.

A Bercy on évoque une deuxième vague de réformes de modernisation de l'économie. Difficile pour l'heure de savoir précisément ce que le ministre de l'Economie a en tête mais il souhaiterait englober tout un tas de secteurs, un peu à l'image de sa première loi: la santé, les transports, les énergies...

Second volet peut-être, le marché du travail. Emmanuel Macron ne cache pas sa volonté de réformer une partie du droit social. L'idée: simplifier le Code du Travail et donner plus de place aux accords dans l'entreprise. Mais là, le gouvernement risque de se frotter aux réticences des syndicats d'un côté et de l'aile gauche de sa majorité de l'autre.

Isabelle Gollentz édité par V.R.