BFM Business

Appel à la grève mardi dans les hôpitaux parisiens

La direction de l'institution publique doit présenter mardi aux membres du CHSCT une nouvelle mouture de son projet de réorganisation du temps de travail.

La direction de l'institution publique doit présenter mardi aux membres du CHSCT une nouvelle mouture de son projet de réorganisation du temps de travail. - Patrice Coppee - AFP

"Une intersyndicale, opposée au projet de réorganisation du temps de travail dans les hôpitaux parisiens, appelle le personnel à faire grève le 29 mars. "

L'Usap-CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC et l'Unsa appellent les agents des 39 hôpitaux de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à se rassembler mardi à 10h devant le siège de l'institution (4e arrondissement).

"L'objectif de la direction générale est toujours d'adapter les effectifs et d'individualiser les horaires des personnels en fonction des pics d'activité des pôles et des services", écrit dans un communiqué l'intersyndicale, qui dénonce les conséquences "désastreuses pour les patients et la vie de famille des personnels" de cette réforme.

La direction de l'institution publique doit présenter mardi aux membres du CHSCT une nouvelle mouture de son projet de réorganisation du temps de travail, dont l'avant projet a été signé à l'automne par la seule CFDT.

La pause repas intégrée dans le temps de travail

Voulue par le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, la réforme, visant les 75.000 agents de l'institution, repose sur des suppressions de RTT avec notamment des temps de travail modifiés et le passage de 7h36 (50% des agents) à 7h30 de travail. Elle prévoit également la suppression au 1er septembre du régime horaire en 7h50 pour le remplacer par celui en 7h36.

Pour répondre aux critiques émises par une expertise mettant en doute les économies escomptées par la réforme, notamment en raison d'un taux d'absentéisme "préoccupant" dans certains services, la direction a fait de nouvelles propositions, qui seront présentées au CHSCT mardi.

L'AP-HP a ainsi d'ores et déjà annoncé un plan de lutte contre l'absentéisme d'ici l'été. Dans une note adressée au CHSCT, elle précise en outre que l'intégration de la pause repas dans le temps de travail peut être considérée "implicitement" comme une "compensation" aux dépassements horaires.

"Le nouveau projet ne présente aucune amélioration, il est même pire. Pendant la pause repas on peut être appelé à intervenir à tout moment", conteste Gilles Damez, représentant FO. "La seule chose pour stabiliser les plannings et lutter contre les absences, c'est plus de monde et non la suppression de jours", estime-t-il.

C.C. avec AFP