BFM Business

Alstom: "la balle est dans le camp du gouvernement", pour le maire de Belfort

Damien Meslot, le député-maire (Les républicains) de Belfort demande à l'ensemble des habitants de se réunir pendant une heure le 24 septembre prochain pour protester contre la décision d'Alstom de fermer son site belfortain.

Le député-maire Les Républicains de Belfort Damien Meslot s'est déclaré "profondément choqué" mardi par le message du PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge aux salariés du site, et a appelé à une opération "ville-morte" le 24 septembre.

Ce message, dans lequel le patron d'Alstom estime "impossible" de maintenir à Belfort une activité industrielle, "est d'une violence et d'un mépris inouïs vis-à-vis des salariés et des élus", a déclaré Damien Meslot dans un communiqué.

"Des marges de manoeuvre"

L'édile a appelé à une opération "Belfort ville morte", le 24 septembre à 14 heures, demandant à "l'ensemble des habitants de se réunir autour des élus et des organisations syndicales", et aux commerçants de baisser leur rideau pendant une heure, à cette occasion.

Toutefois, après une réunion avec le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, le maire a été quelque peu rassuré. "Il (Henri Poupart-Lafarge, ndlr) nous a dit que le communiqué était un communiqué ancien et qu'il s'agissait d'une erreur de communication", a-t-il déclaré. "Le communiqué n'avait ainsi pas le sens d'une provocation avant notre venue", a-t-il ajouté.

Il a assuré qu'Henri Poupart-Lafarge lui a dit qu'il existait "des marges de manoeuvre" pour maintenir le site de Belfort mais que "rien n'est joué, rien n'est gagné". "La balle est désormais dans le camp du gouvernement", a-t-il conclu. 

J.M. avec AFP