BFM Business

Allocations familiales, assurances, frites… Ce qui change au 1er avril

VIDÉO - Ce début de mois marque l'entrée en vigueur de plusieurs mesures, comme la revalorisation de certaines prestations familiales, de nouvelles dispositions concernant les échanges avec votre assureur ou votre banque, la fin de la trêve hivernale ou la cuisson des frites dans les restaurants.

Ce mois d'avril s'annonce positif pour le pouvoir d'achat. Il marque en effet l'entrée en vigueur de plusieurs augmentations de prestations familiales ou d'aides sociales, ou encore la révision à la baisse des prix réglementés du gaz.

>Réévaluation des prestations familiales

Alors que l'année dernière, les familles ayant deux enfants à charge avaient dû se contenter d'une revalorisation de 0,3% des allocations familiales, cette année, du fait de l'inflation, l'augmentation est trois fois plus importante. Elle atteint 1%. La prestation d'accueil jeune enfant (PAJE) bénéficie du même régime. Le Complément familial augmente de 1% à 170,71 euros, tandis que le montant majoré, versé aux familles nombreuses modestes, augmente de 8,2% à 256,09 euros par mois.

Pour les enfants nés (ou adoptés) à compter du 1er avril, la prime à la naissance va augmenter de 2% par rapport à celle versée pour les enfants nés avant cette date, à 941,66 euros. La prime à l'adoption va connaître la même progression à 1883,31 euros.

L'allocation de soutien familial, qui complète le revenu des parents isolés ne percevant pas de pension alimentaire, augmente de 5,2% à 153,70 pour un taux plein, 115,30 euros pour un taux partiel.

L'allocation de base d'éducation d'enfant handicapé augmente, elle, de 1% à 131,81 euros.

>Revalorisation du RSA

Le revenu de solidarité active est également revalorisé de 1%. Pour une personne seule, il passe ainsi de 545,48 euros à 550,93 euros par mois. La prime d'activité, qui soutient financièrement les travailleurs disposant de revenus particulièrement modestes, passe à 531,51 euros par mois, toujours pour une personne seule sans enfant.

>Revalorisation des allocations pour les personnes âgées et les personnes handicapées

L'ancien "minimum vieillesse", qui est versé chaque mois à 550.000 personnes, bénéficie d'un coup de pouce de 30 euros. Son montant sera désormais de 833 euros par mois. Le gouvernement a prévu une revalorisation de 100 euros d'ici à 2020 avec deux autres hausses, de 35 euros au 1er janvier 2019 et de 35 euros en janvier 2020.

L'Allocation aux adultes handicapés (AAH) passe à 819 euros maximum. Deux autres revalorisations sont programmées pour qu'elle atteigne 900 euros au 1er novembre 2019.

>Baisse des tarifs réglementés du gaz

Les tarifs appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, baissent de 1,1% à partir du 1er avril. Dans le détail, les consommateurs qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson vont bénéficier d'une baisse de 0,4%. Elle est de 0,7% pour ceux qui utilisent cette énergie à la fois pour la cuisson et l'eau chaude. Enfin, ceux qui se chauffent en plus avec le gaz vont voir les tarifs reculer de 1,2%.

>Distribution du chèque énergie

La distribution du chèque énergie a commencé le 26 mars et devra être achevé d'ici la fin du mois d'avril. Cette aide financière remplace les anciens tarifs sociaux de l'électricité et du gaz. Le dispositif se veut plus équitable car ce chèque unique d'un montant de 48 à 227 euros peut être utilisé pour régler toutes les factures d'énergie utilisée pour le chauffage, tel que le fioul ou le bois, mais aussi pour certains travaux de rénovation énergétique. Le chèque énergie est attribué en fonction des ressources du ménage et du nombre de personnes qui le compose.

>Fin de la trêve hivernale

La trêve a commencé le 1er novembre 2017 et s'est achevée le 31 mars 2018. A compter de ce 1er avril, les procédures d'expulsions locatives peuvent donc reprendre pour les occupants d'un logement qui n'ont pas payé leurs loyers ou leurs charges. La trêve hivernale concerne aussi la fourniture d'énergie et d'eau qui n'ont pas le droit de couper le gaz ou l'électricité en plein cœur de l'hiver même si les impayés s'accumulent. Cette protection tombe donc ce jour.

>Des relations dématérialisées avec les banques et les compagnies d'assurance

Les adeptes du traditionnel courrier papier vont devoir se mettre à la page. Pour leurs échanges avec leurs clientèles, les banques et les compagnies d'assurance ont le droit de passer au numérique ( envois en recommandé par email, électroniques, signatures électronique..) sans demander le consentement de leurs clients. Ces derniers peuvent néanmoins demander le retour des échanges par courrier papier sans frais.

> Le bouton SOS obligatoire dans les voitures neuves

Tous les nouveaux véhicules européens doivent disposer de l'E-call paneuropéen 112, un système d'appel et de géolocalisation. Il est relié à un boitier standard, commun à l’ensemble de l’Europe, doté d’une carte SIM. En cas de choc violent, marqué par exemple par le déclenchement des airbags, un appel arrive sur une plateforme d’assistance commune à toutes les marques. Si la personne ne répond pas, les secours sont automatiquement déclenchés. Le véhicule est géolocalisé précisément grâce au GPS.

> Et dès le 11 avril, une nouvelle réglementation européenne pour la cuisson des frites

Le règlement européen 2017/2158 du 20 novembre 2017 entre en application le 11 avril 2018. Il précise la température de cuisson des céréales, pommes de terre et café, afin d'éviter la formation d'acrylamide. Cette molécule cancérigène donne sa couleur brune aux aliments grillés ou frits. 

Les industriels des chips ou des gâteaux apéritifs devront mettre en place des mesures pour éviter de mettre sur le marché des produits à trop haute teneur en acrylamide.

Les restaurateurs n'auront plus le droit de cuire les frites à plus de 175°C et devront avoir dans leur cuisine un nuancier fournissant des indications sur la combinaison optimale de couleur et de faibles teneurs en acrylamide.

La redaction