BFM Business

Accord UE-Japon : les exportations de vins français bondissent

Il y a 9 mois, l'Union européenne signait un accord de libre-échange avec le Japon. Depuis son entrée en vigueur le 1er février, les vins français et notamment alsaciens ont enregistré une nette hausse de leurs ventes vers l’archipel.

Sur les hauteurs de Westhoff, en Alsace, Étienne Loew cultive 13 hectares de vignes depuis plus de 20 ans. Le viticulteur exporte 40 % de sa production (Riesling, Gewürzstraminer et Pinot gris) principalement au Canada et au Japon, où ses ventes ont décollé depuis l'entrée en vigueur de l'accord commercial il y a 2 mois. « Ça fait plus de 20 ans qu'on exporte au Japon, explique-t-il. Ce qu'on peut constater en quelques semaines c'est que les commandes ont souvent été gonflées (…) une palette c'est 600 bouteilles, et là ils passent plus volontiers sur 600 ou 1200 bouteilles pour ne plus travailler en flux tendus et avoir plus de stocks ».

Suppression des droits de douanes

L'accord a été négocié par L’Union européenne, sous la houlette de la commissaire au Commerce, Cécilia Malmström. Il implique la suppression des droits de douane de 15 %, qui pénalisaient les vins français notamment sur le moyen de gamme. Il entraîne aussi la reconnaissance des indications géographiques protégées, comme l’appellation « vins d’Alsace ». « Nous avons des chiffres qui nous indiquent que les exportations des vins d'Alsace ont augmenté de 70 % ces deux mois, ce qui est considérable, se félicite Cécilia Malmström (...) La hausse des vins européens, c'est environ 40% et les Français dominent (...) Je pense que ça va encore augmenter et c'est une bonne chose ».

Depuis plusieurs années, la France avait perdu sa place de premier fournisseur en vins du Japon, au profit du Chili. Les viticulteurs de l'hexagone espèrent, grâce à cet accord, remonter sur la première marche du podium.