BFM Business

Accès aux marchés publics: l'UE réservée sur le projet de Macron

Emmanuel Macron veut réserver l'accès aux marchés publics européens aux entreprises qui localisent au moins 50% de leur production en Europe.

Emmanuel Macron veut réserver l'accès aux marchés publics européens aux entreprises qui localisent au moins 50% de leur production en Europe. - Thomas Samson - AFP

Le successeur de François Hollande veut réserver l'accès aux marchés publics européens aux entreprises qui localisent au moins 50% de leur production en Europe.

La Commission européenne a accueilli fraîchement ce mercredi la proposition d'Emmanuel Macron consistant à réserver l'accès aux marchés publics européens aux entreprises qui localisent au moins 50% de leur production en Europe.

Cela "ne concorde pas" avec les règles de l'UE, a estimé un vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen. S'il s'agit "d'une sorte de quota" imposant aux autorités publiques "d'acheter des produits ou des services, peu importe la qualité, peu importe le prix, seulement sur la base du quota géographique, cela ne concorde pas vraiment avec nos principes sur les marchés publics", a déclaré le commissaire européen à la Croissance et à la Compétitivité.

"Nous ne savons pas concrètement ce qu'il va proposer dans le futur"

Ces principes "ont été créés pour protéger les intérêts des contribuables" et pour que "les fournisseurs de biens et de services" puissent "être sûrs qu'ils sont traités de manière égale", a-t-il ajouté, en marge de la présentation d'"un document de réflexion" de la Commission sur "la maîtrise de la mondialisation".

Mais "pour être honnête, nous ne savons pas concrètement ce qu'il va proposer dans le futur", a-t-il cependant précisé.

Emmanuel Macron souhaite dans son programme réserver "l'accès aux marchés publics européens aux entreprises qui localisent au moins la moitié de leur production en Europe", une mesure qu'il qualifie de "Buy European Act". Cette appellation fait référence au "Buy American Act", voté en 1933, mais qui oblige encore les agences fédérales des États-Unis à s'approvisionner prioritairement en biens produits sur le sol américain.

Y.D. avec AFP