BFM Business

9 dirigeants sur 10 anticipent une augmentation du chômage dans les mois à venir

"Des mesures sont annoncées pour soutenir les entreprises et les secteurs en difficulté" à cause du coronavirus, "qu'en est-il des demandeurs d'emploi et des travailleurs précaires ?", interroge la CFDT

"Des mesures sont annoncées pour soutenir les entreprises et les secteurs en difficulté" à cause du coronavirus, "qu'en est-il des demandeurs d'emploi et des travailleurs précaires ?", interroge la CFDT - AFP

Avec la crise du coronavirus, le moral des patrons s'est logiquement effondré, selon la dernière édition du baromètre des décideurs de ViaVoice pour BFM Business, HEC et Le Figaro.

A -43 points, l'indice du moral des décideurs en mai atteint son plus bas de l'année et un de ses plus bas historiques dans le baromètre* des décideurs de ViaVoice pour BFM Business, HEC et Le Figaro.

L’appréhension d’une crise économique se concrétise pour l’ensemble des Français qui anticipent une nette dégradation des perspectives économiques, avec une morosité d’ailleurs plus prégnante encore auprès des décideurs. Ainsi, pour une très large majorité de Français (68%) et de décideurs (73%) le niveau de vie va se dégrader.

Mais c’est sur le front de l’emploi que l’appréhension d’une crise profonde est la plus marquante. 83% des Français anticipent une augmentation du nombre de demandeurs d’emploi dans les mois qui viennent (+15 points depuis mars).

Bataille pour l'emploi

La dégradation est encore plus prononcée pour les décideurs dont 9 sur 10 (89%, +22 points depuis mars) escomptent une augmentation du chômage à l’avenir.

Pour autant, sur le plan individuel, les perspectives résistent un peu au déclin. Concernant leur situation financière, les décideurs sont plutôt rassurés puisque le score qui appréhende une dégradation de leur finance à l’avenir est en léger recul de 4 points par rapport aux données recueillies en mars.

"Pour tous, le défi majeur des prochains mois voire des prochaines années redevient donc la bataille pour l’emploi ; un défi réel pour les salariés d’aujourd’hui, et peut-être plus encore pour ceux de demain", peut-on lire dans le baromètre.

Rappelons que selon une enquête réalisée par StaffMe (spécialisé dans la mise en relation entre entreprises et indépendants) publiée par Le Parisien, 22% des chefs d'entreprises interrogés envisage des licenciements dans les mois qui viennent. En moyenne, ils pourraient avoisiner 20% des effectifs. Pour les dirigeants interrogés, c'est tout simplement une question de survie de leurs entreprises.

*Baromètre réalisé via des interviews effectuées en ligne du 14 au 18 mai 2020 auprès d'un échantillon de 400 décideurs, représentatif de la population des cadres résidant en France métropolitaine. Et un échantillon grand public de 1000 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Olivier Chicheportiche