BFM Business

4 Français sur 5 ne paieront plus de taxe d'habitation promet Macron

Invité de BFMTV-RMC, Emmanuel Macron a notamment annoncé deux mesures bénéficiant à "l'ensemble des ménages modestes". Il s'engage à exonérer de taxe d'habitation 80% des foyers qui la paient et promet l'équivalent d'un treizième mois aux salariés qui touchent le Smic.

Invité, ce vendredi, de BFMTV-RMC, Emmanuel Macron a annoncé deux mesures visant à améliorer le pouvoir d'achat des Français.

Le candidat d'En Marche! s'engage à étendre les conditions d'exonération de la taxe d'habitation. Accordée aujourd'hui aux ménages les plus pauvres, elle bénéficierait aux classes moyennes: "80% de celles et ceux qui paient la taxe" profiteront de cette mesure. Emmanuel Macron a précisé que l'État compenserait intégralement le manque à gagner pour les collectivités territoriales. Coût de cette mesure: 10 milliards d'euros par an.

Il promet également à tous les salariés qui touchent le Smic l'équivalent d'un treizième mois. Ce coup de pouce ne sera pas financé par l'entreprise mais par une réforme de la prime d'activité. Cette mesure coûtera, elle, 2 milliards d'euros. "Le principe est celui de l'équivalent d'un 13ème mois pour tous les hommes et les femmes qui travaillent au Smic, pour les inciter à travailler. Elle concerne ceux qui touchent entre la moitié d'un Smic et 1,3 Smic. Ils toucheront au total 100 euros de plus par mois, financés par la réforme de la prime d'activité" détaille le candidat d'En Marche!.

"Tout le monde doit être protégé" du chômage

Par ailleurs, le candidat propose de "supprimer les cotisations salariales pour le chômage car ce n'est pas quelque chose contre lequel on peut s'assurer, c'est un risque social. Vous n'y êtes pour rien. Ce sont les impôts qui doivent payer ça. C'est pour cela que je supprime les allocations sociales sur le chômage. Tout le monde doit être protégé, les agriculteurs, les indépendants, les artisans, les professions libérales, les entrepreneurs. Il n'y a pas que les salariés qui sont touchés par cet accident de la vie".

Emmanuel Macron veut également faire évoluer les conditions d'indemnisation des chômeurs. "Vous pouvez refuser une offre d'emploi, pas deux, sinon vous sortez du système. Je veux un système qui responsabilise. S'il (un employeur, ndlr) vous embauche avec 20% de moins, c'est ce que j'appelle une offre décente, vous devez accepter. Si personne n'embauche dans votre région, on doit vous former pour faire autre chose. C'est la base du plan d'investissement. Je vais former les chômeurs, c'est un pilier".

120.000 postes de fonctionnaires non remplacés

Concernant les fonctionnaires, Emmanuel Macron a voulu préciser les chiffres déjà évoqués dans l'entretien qu'il a accordé aux Échos. "Il y a 500.000 fonctionnaires qui vont partir à la retraite dans le prochain quinquennat. Il y en a 120.000 qui peuvent ne pas être remplacés si on fait bien les réformes". Par ailleurs, le candidat affirme croire "au paiement au mérite". "Je veux que ceux qui sont sur les théâtres d'opérations les plus durs soient mieux payés".

Emmanuel Macron propose enfin d'allonger le congé paternité et d'avoir la possibilité d'individualiser l'impôt sur le revenu. "Aujourd'hui des centaines de milliers de concitoyens sont en couple, parfois avec un compagnon très bien payé. Ils paient les impôts au niveau de celui qui a le plus gros salaire. Donc celui au smic n'a presque pas intérêt à travailler. Il pourra donc demander à être imposé sur son seul salaire".

Nina Godart et Diane Lacaze