BFM Business

Covid: des directeurs d'Ehpad demandent un renforcement "rapide" des effectifs

Un Ehpad lors de l'épidémie de coronavirus

Un Ehpad lors de l'épidémie de coronavirus - Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Ils réclament une réaction de l'Etat rapide pour un renforcement des effectifs "épuisés" par la crise sanitaire, ainsi qu'un "meilleur suivi psychologique" des personnes âgées.

L'association de directeurs d'établissements pour personnes âgées AD-PA a demandé samedi au gouvernement un renforcement "rapide" des effectifs dans les maisons de retraite et les entreprises de services à domicile, dont les personnels sont "épuisés" par la crise du nouveau coronavirus.

"La réaction de l'État doit être rapide car il faut, dans l'urgence, renforcer les équipes par des personnels complémentaires et des emplois aidés", estime l'AD-PA dans un communiqué.

Ces équipes sont "épuisées par la crise (sanitaire) épouvantable dont elles viennent à peine de sortir" et "très anxieuses de l'avenir qui se dessine", ajoute-t-elle.

L'association souhaite non seulement "l'augmentation du nombre des professionnels", mais aussi "un meilleur suivi psychologique" des personnes âgées, soulignant qu'elle partage ainsi "le souci de la ministre" déléguée chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon. Dans une interview au journal Le Parisien publiée vendredi, la ministre promet une augmentation des moyens alloués à "l'accompagnement psychologique" des seniors.

La piste du test des visiteurs

L'AD-PA juge "adaptées" face au virus "des mesures de protection proportionnées et un test pour les familles qui vont voir un parent âgé".

"Il est important que chacun fasse le maximum pour ne pas être celui ou celle qui a introduit le virus dans un établissement ou contaminé son parent vivant à domicile", insiste l'association.

Dans son entretien au Parisien, Brigitte Bourguignon prône aussi le dépistage pour les familles avant une visite "en Ehpad ou au domicile", mais ne souhaite pas rendre les tests obligatoires. "Je n'aime pas l'infantilisation", a-t-elle dit.

P.D. avec AFP