BFM Eco

Coronavirus: où les Français ont-ils acheté leurs masques?

Des personnes masquées en train de marche sur le pont des Arts à Paris, le 9 mai 2020.

Des personnes masquées en train de marche sur le pont des Arts à Paris, le 9 mai 2020. - THOMAS SAMSON / AFP

36% des Français se sont équipés en masques entre le 1er et le 11 mai en privilégiant les pharmacies et les supermarchés.

Anticipant le déconfinement, plus d'un tiers des Français (36%) ont fait l'acquisition d'au moins un masque entre le 1er et le 11 mai, selon en étude de l'institut Nielsen*.

Dans le détail, 8% des Français ont acheté des masques en pharmacie et 6% en supermarché. 5% se sont équipés d'un masque de fabrication maison et 5% en ont reçu un gratuitement de leur commune ou de leur employeur. Sans oublier les sites de e-commerce (5%), les hypermarchés (4%), les couturières (3%), les parapharmacies (2%) et les enseignes de proximité (1%). Notons que si le total (39%) est ici supérieur à la proportion de Français ayant fait l'acquisition d'un masque, c'est parce que certains d'entre eux sont passés par plusieurs circuits de distribution. 

Plus vulnérables, les Français âgés de 65 ans et plus ont été plus nombreux (43%) à se procurer un masque les jours précédents le confinement que les 50-64 ans (39%), les 35-49 ans (32%) ou les moins de 35 ans (27%).

Des taux plus élevés chez les seniors

Des disparités s'observent également entre les catégories socioprofessionnelles puisque 43% des retraités ont acheté un masque contre 39% des artisans-commerçants, 36% des employés, 33% des ouvrier et des cadres supérieurs, 25% des chômeurs et 23% des agriculteurs. Globalement, les Français aisés se sont davantage équipés (44%) que ceux au niveau de vie modeste (31%).

Les habitants d'Ile-de-France ont été les plus nombreux à se procurer des masques (44%). C'est plus que dans les régions moins touchées de l'ouest comme la Bretagne et la Normandie (30%).

D'une manière générale, les habitants de zone rurale ont jugé moins utile d'acheter des masques (32% s'en sont procurés) que ceux des zones urbaines de moins de 20.000 habitants (35%), de 20.000 à 200.000 habitants (37%) et de plus de 200.000 habitants (34%, 45% pour Paris et sa banlieue). 

*Enquête menée auprès de 4400 personnes entre le 7 et le 11 mai.

Paul Louis