BFM Business

Vivarte: plan de restructuration attendu lundi

La Halle, enseigne du groupe Vivarte.

La Halle, enseigne du groupe Vivarte. - THOMAS OLIVA / AFP

Après une première restructuration chez La Halle en 2015, les syndicats du groupe Vivarte craignent un nouveau plan de suppressions d'emplois qui pourrait concerner les enseignes La Halle, La Halle aux chaussures et André.

Un comité de groupe de Vivarte (La Halle, André, San Marina, Caroll...), portant sur la "stratégie et la réorganisation" du groupe d'habillement, se tiendra lundi prochain, avec l'annonce probable de plans sociaux dans plusieurs enseignes, a-t-on appris ce mardi de sources syndicales. "Ça sent la poudre au niveau des annonces", a déclaré à l'AFP Jean-Louis Alfred (CFDT), qui craint que trois plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) soient lancés sur La Halle, La Halle aux chaussures et André. Son homologue de la CGT, Karim Cheboub, s'attend aussi à des restructurations "d'une grande ampleur".

Selon Gérald Gautier (FO), quelque 1.200 salariés pourraient être concernés rien qu'à La Halle aux chaussures et chez André. Dans la foulée du comité de groupe sont convoqués mardi et mercredi des comités centraux d'entreprise (CCE) extraordinaires de La Halle, La Halle aux chaussures et André, ainsi que les comités d'établissement, sur le même ordre du jour.

La Halle déjà “restructurée très lourdement”

La convocation des CCE des trois enseignes équivaut à "trois PSE", selon M. Alfred. Pour La Halle, les délégués ont aussi été conviés à l'installation d'une instance de coordination des comités d'hygiène et de sécurité, "signe précurseur d'un PSE" selon lui, de "licenciements" pour M. Cheboub. S'ils s'attendaient à des annonces pour La Halle aux chaussures et André, les syndicats s'étonnent que La Halle, déjà "restructurée très lourdement", avec 250 magasins et 1.500 salariés de moins au terme d'un PSE lancé en 2015, se retrouve de nouveau dans le viseur.

Depuis plusieurs mois, les syndicats craignent un "démantèlement" du groupe, fortement endetté, et sonnent l'alarme. Ils étaient ressortis "déçus" le 5 janvier d'un rendez-vous au secrétariat d'Etat de l'Industrie. Le groupe, dirigé par Patrick Puy depuis fin octobre, avait annoncé en septembre la cession de 97 magasins La Halle aux chaussures, après la mise en vente à l'été de Kookaï, Chevignon et Pataugas, et les cessions de Défi Mode et de la Compagnie vosgienne de la chaussure (CVC). M. Puy avait également évoqué en novembre la fermeture sur cinq ans de 55 magasins André (sur 135). 

Mais, selon les évaluations de FO, chez André, 80 magasins pourraient fermer, et à La Halle aux chaussures, environ 200 magasins (sur 650) être cédés, soit environ 1.200 salariés sur ces deux enseignes. L'intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, SUD), qui présentera lors du comité de groupe son "projet alternatif", appelle à la mobilisation lundi matin devant le siège du groupe à Paris.

P.L avec AFP