BFM Business

Restructuration de Vivarte: le PDG justifie la purge

Les représentants de l'intersyndicale sont reçus ce mercredi au ministère du Travail.

Les représentants de l'intersyndicale sont reçus ce mercredi au ministère du Travail. - Christophe Archambault - AFP

Cession d'André et de Naf Naf, regroupement des sièges de La Halle aux chaussures et de La Halle, fermeture de magasins... Pour son PDG, Patrick Puy, Vivarte a commis une "erreur stratégique" en achetant trop d'enseignes. Les représentants syndicaux seront reçus ce mercredi au ministère du Travail.

Vivarte (La Halle, Caroll...) est au cœur de la tempête. Le groupe, engagé dans un vaste plan de restructuration, va finalement, selon les syndicats, se séparer du chausseur André, sa marque historique, et de Naf Naf. Les représentants de l'intersyndicale seront reçus ce mercredi au ministère du Travail par la ministre Myriam El Khomri et le secrétaire d'État chargé de l'industrie, Christophe Sirugue.

"Vente à la découpe, démantèlement, liquidation, … Ce ne sont pas les bons mots", a déclaré sur RTL Patrick Puy, PDG de Vivarte. "Vivarte souffre de trois maux. Une dette excessive, on va la régler. La Halle aux chaussures qui plombe les résultats du groupe, on va le régler. Et on a pêché par arrogance parce qu'on a trop de marques, on a acheté trop d'enseignes et on n'est pas capable de soutenir toutes ces enseignes. Ça a été une erreur stratégique. Pour le bien des enseignes qu'on va garder et pour le bien de celles que l'on ne va pas garder, on a décidé de s'en libérer de quelques-unes".

Enseigne en vente ce mercredi

La cession d'André (135 magasins, 786 salariés), redoutée par les syndicats et démentie dans un premier temps début janvier par la direction, a été annoncée mardi lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire à Paris. L'enseigne sera mise en vente dès ce mercredi et un repreneur, dont le nom n'a pas été précisé, a été trouvé, selon les annonces faites en CCE. La mise en vente de Naf Naf (865 salariés) a aussi été annoncée. La veille, en comité de groupe, Vivarte avait évoqué le projet de céder "certaines enseignes", sans préciser lesquelles.

"Je ne suis pas là pour protéger le groupe, je suis là pour le mettre sur des bons rails. Il n'a pas été mis sur des bons rails", a expliqué sur RTL Patrick Puy.

L'été dernier, le groupe en difficulté avait déjà fait savoir que Pataugas, Kookaï et Chevignon seraient vendus. Pour la CFDT, en ajoutant Naf Naf dans la corbeille, la direction entend faciliter la vente. Vivarte s'est déjà séparé de la Compagnie vosgienne de la chaussure (CVC), Défi Mode et Accessoires Diffusion. Avec cette cession d'André, Vivarte, qui jusqu'au début des années 2000 s'appelait Groupe André, se sépare de son enseigne historique. Le distributeur et fabricant français issu de la "Manufacture nancéenne de chaussures" créée en 1896, avait commencé à s'étendre à la fin des années 1970, en rachetant les magasins Minelli puis en se diversifiant dans le vêtement avec Caroll ou Kookaï...

Sévère restructuration de la Halle aux chaussures

Outre des cessions, le groupe table pour se redresser sur une sévère restructuration de la Halle aux chaussures, qui a enregistré sur les deux derniers exercices un résultat net négatif cumulé de 100 millions d'euros.

Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), avec une phase de départs volontaires, a été annoncé lundi pour cette enseigne. Avec à la clé la fermeture sèche de 141 points de vente (sur 650), ainsi que la fusion de 41 autres avec des magasins La Halle, selon la CGT. Initialement, la direction ne prévoyait que 97 fermetures.

Les sièges de La Halle aux chaussures et de La Halle vont aussi fusionner. Soit au total plus de 730 postes supprimés à La Halle aux chaussures, selon la CGT, environ 800, selon la CFDT. 707 selon Patrick Puy dont 494 en magasins. Les deux sièges emploient actuellement quelque 520 salariés. Pour cette fusion, la direction passera aussi par un plan de départs volontaires, sans "aucun licenciement", qui concernerait au total 149 salariés, dont 70 à la Halle. Mais les syndicats craignent le double.

Un autre PSE est prévu chez Vivarte Services (240 salariés), avec une phase de départs volontaires, pour "adapter" l'organisation à la réduction du périmètre du groupe, avec l'objectif de 6 millions d'euros d'économies par an.

"Un carnage social"

Ce nouveau plan de restructuration fait suite à quatre plans sociaux déjà lancés en 2015 (La Halle, Kookaï, Défi Mode et André), ayant entraîné déjà la suppression de 1.850 postes. Le groupe employait en 2016 environ 17.000 salariés, "13.000 à 15.000" selon les syndicats, qui dénoncent depuis plusieurs mois l'absence de plan stratégique et un "démantèlement" au seul profit des fonds actionnaires (Oaktree, Babson, GLG et Alcentra), des "fonds vautours" pour le responsable CFDT Jean-Louis Alfred.

"Vivarte, c'est un carnage social", a réagi le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, interrogé sur BFM Business, pour qui c'est la "logique financière qui l'emporte". "Il faut que les pouvoirs publics interviennent", selon lui.

La dette en passe d'être réduite

Plombé par une dette d'un milliard et demi d'euros, héritage notamment de son rachat en 2007 par LBO (procédure de rachat d'entreprise par endettement), Vivarte a enregistré en 2016 un chiffre d'affaires de 2,2 milliards d'euros. Selon le PDG du groupe, Patrick Puy, cette dette devrait être ramenée à 572 millions d'euros, un accord avec les créanciers étant "en très bonne voie".

Pour Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte, les salariés sont prisonniers de "fonds vautours". Patrick Puy a immédiatement réagi à cette expression. "J'en ai un peu marre qu'on utilise ce vocabulaire. Ce sont des fonds qui nous sauvent, ils sont salvateurs et responsables. Je ne préfère pas lui répondre. Il est parti du groupe dans des conditions qu'on connait, après des erreurs stratégiques majeures en empochant une très grosse somme. La décence voudrait qu'il ne morde pas la main qui le nourrit au caviar et à la truffe".

D. L. avec AFP