BFM Business

Quatre cigarettiers sous le coup d'une plainte pour entente sur les prix

Les principaux fabricants de cigarettes se contenteraient de hausses modiques afin de ne pas décourager les fumeurs, se plaint le CNCT.

Les principaux fabricants de cigarettes se contenteraient de hausses modiques afin de ne pas décourager les fumeurs, se plaint le CNCT. - Boris Horvat - AFP

Le Comité national contre le tabagisme a déposé plainte contre Marlboro, Camel, Lucky Strike et Gauloises. Les fabricants pratiqueraient une hausse des prix modérée  pour que la consommation ne diminue pas.

Le Comité national contre le tabagisme (CNCT) dénonce le travail en cartel de quatre grands industriels du tabac qui s'entendent sur le prix des cigarettes. Dans son viseur : les fabricants de cigarettes Marlboro (Philip Morris), Camel (Japan Tobacco), Lucky Strike (British American Tobacco) et Gauloises (Imperial Tobacco-Seita).

"Nous avons déposé plainte auprès du parquet financier de Paris", a précisé à l'AFP Yves Martinet, président du CNCT, confirmant une information parue dans le Journal du Dimanche de ce 25 janvier.

Des hausses ajustées à l'inflation

"Ils font tout pour que les prix augmentent de façon modérée, pour que la consommation ne diminue pas", a affirmé le président de l'association antitabac.

Selon Yves Martinet, les industriels visés par la plainte "se limitent à de petites augmentations qui sont en fait des rattrapages d'inflation, qui ne conduisent pas à une modification du comportement des fumeurs".

"Pour qu'il y ait une modification du comportement des fumeurs, il faut que les hausses soient importantes, comme cela avait été le cas en 2003/2004", a-t-il jouté.

Un marché en recul de 7% en 2014

En 2015, il n'y aura pas de hausse plancher obligatoire du prix des cigarettes à la suite d'une modification fiscale votée cet automne, une mesure décriée par les antitabac.

Les cigarettiers peuvent néanmoins augmenter le tarif des paquets de cigarettes, mais une telle éventualité est peu probable dans un marché en recul de 6 à 7% en volume l'an dernier, avait expliqué lors du vote Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes.

En 2016, le gouvernement souhaite introduire le paquet neutre, c'est-à-dire des paquets standardisés ayant la même forme, taille, couleur et typographie. La marque apparaîtrait de manière discrète et il n'y aurait pas de logo. En France, où environ 13 millions de personnes fument, le tabac, première cause évitable de décès, fait 73.000 morts par an.

C.C. avec AFP