BFM Eco

Pourquoi il y de plus en plus de produits végétariens dans les magasins

A Calais, le 8 septembre dernier se tenait un festival vegan

A Calais, le 8 septembre dernier se tenait un festival vegan - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le succès de l'alimentation végétale et végane répond-t-il à une tendance de fond ou à un simple effet de mode? Les ventes de produits végétariens et végans ont généré l’an dernier un chiffre d’affaires en hausse de 24%, à 380 millions d’euros. Les industriels de l'alimentaire ont bien compris l'intérêt de proposer ce type de produits.

Les produits vegan et végétariens n'ont pas encore le même succès que les produits bios, mais le chiffre d'affaires du secteur est désormais comparable à celui des produits sans gluten.

"La multiplication des scandales alimentaires, la remise en cause des bienfaits supposés du lait et de la viande ou encore la sensibilité accrue au bien-être animal ont de fait poussé les Français à se détourner des produits carnés au profit des protéines végétales", note Xerfi dans un communiqué.

L’institut souligne que si le "tout végétal" se heurte encore à des "barrières culturelles de taille", le "flexitarisme", terme qui désigne le fait de consommer moins de viande et plus de produits végétaux, sera l’un des principaux moteurs du marché végétarien et vegan.

Selon Xerfi, les végétariens et les vegans ne représentent en effet respectivement qu’environ 2% de la population française (quelque 1,3 million de personnes) et 0,5% (ou environ 340 000 personnes) alors que les flexitariens pèsent à hauteur d’un tiers de la population, soit près de 23 millions de personnes.

Une offre de plus en plus fournie dans les rayons

L'offre de substituts aux protéines animales s'est beaucoup étoffée ces derniers mois sous l'impulsion des industriels comme des distributeurs. Les géants de l'alimentation comme Danone, Nestlé, Herta ou encore Fleury Michon ont investi et continuent d'investir sur le marché. Nestlé s'apprête par exemple à commercialiser son premier hamburger végétal au printemps. Une pâte à base de protéines de soja et de blé qui s'appellera "l'incroyable burger". En 2017, Nestlé avait déjà acquis Sweet Earth Fodds, un fabricant américain de plats surgelés vegan. La multinationale estimait alors que le potentiel du marché américain atteindrait 5 milliards d'euros d'ici à 2020.

Les concurrents du groupe de Vevey se sont aussi mis sur les rangs, notamment Danone, l'un des principaux fournisseurs mondiaux de produits laitiers, qui souhaite tripler les ventes de produits d'origine végétale.

Un potentiel de croissance limité?

Même si la consommation de produits d'origine végétale est bien "une tendance lourde", le marché est encore une niche selon Xerfi, qui estime que la croissance du secteur passera par l'extension de l'offre comme les "vromages", ces vrais faux fromages vegan, ou encore l'élargissement aux surgelés et conserves, mais surtout par un socle de consommateurs plus large. Si le potentiel reste important, Xerfi table sur un essoufflement progressif du marché de l'alimentation végétarienne et végane au-delà de 2021.

Marie Dupin (RMC)