BFM Business

Nespresso cède à George Clooney et investit au Sud Soudan

L'acteur a mis à profit son rôle d'ambassadeur pour inciter Nespresso à investir au Sud Soudan.

L'acteur a mis à profit son rôle d'ambassadeur pour inciter Nespresso à investir au Sud Soudan. - Roberto Schmidt - AFP

L'acteur, engagé depuis des années pour le développement du Sud-Soudan et les exactions d'Omar el-Béchir, a réussi à entrainer la firme de café dont il est l'ambassadeur dans son combat.

La capsule Nespresso de café à base de graines du Sud-Soudan est sortie! Un projet mené à bien sous l'impulsion de l'acteur George Clooney, ambassadeur de la marque, et très engagé depuis des années auprès de la plus jeune nation d'Afrique. Les premiers exemplaires de la dosette "Suluja ti South Sudan", annoncé par le géant de l'expresso le 7 octobre, seront vendus en France en premier lieu, indique Courrier international.

Celui qui joue le rôle de "Messager de la paix" de l'Onu pour le Darfour, tannait depuis des mois le fabricant des machines et capsules d'expresso, pour qui il est à la fois l'égérie de publicités dont chacun connaît le slogan, et le conseiller sur les questions de développement durable. Justement, l'action de Nespresso au Soudan du Sud s'inscrit dans la durée: le groupe envisage d'investir 2,6 millions de dollars et de faire travailler des milliers de petits producteurs d'ici à 2020.

La seule chose qui sort du pays: le pétrole

Son combat en faveur du Soudan ne date pas d'hier. Il ne se contente pas de demander aux autres d'y investir. Lui-même a indiqué reverser ses cachets publicitaires pour financer la surveillance par satellite des faits et gestes du dictateur soudanais Omar el-Béchir, afin de détecter toute atteinte aux droits de l'homme. C'est le projet "Satellite Sentinel Project", qui recueille autant que possible des images de tanks et blindés, de charniers, et autres traces d'exactions.

Le Soudan du Sud, un tout jeune pays né après avoir fait sécession avec la République du Soudan en 2011, après des années de conflits. Les industriels et grandes entreprises sont peu nombreux à s'intéresser à ce marché aux infrastructures quasi-inexistantes, rongé par une crise humanitaire et les autres dramatiques conséquences de longues années de guerre.

"Il y a eu autant de mort au Soudan pendant la guerre civile qu'en France pendant les deux guerres mondiales", raconte Arnaud Deschamps, directeur de Nespresso France, dans Business Durable ce dimanche.

Pour le moment, la série de capsule de café soudanais sort en édition extra-limitée. Et pour cause, les fermiers étant partis à la guerre depuis des années, il a fallu "tout recréer", explique-t-il. La relance de la production a pris "trois-quatre ans, et cela reste petit", reconnaît Arnaud Deschamps. Mais "on espère monter en puissance". 

Georges Clooney le martelait: "la seule chose qui sort du Soudan du Sud pour l'instant, c'est du pétrole, et la population n'a pas l'air d'en bénéficier". Aujourd'hui, le café recommence à s'exporter.

N.G.