BFM Business

La recette de Nespresso pour recycler deux fois plus de capsules

-

- - Andrés Nieto Porras - Flickr - CC

La division française du géant suisse des dosettes de café veut faire passer de 20 à 50% le taux de récupération de ses capsules en aluminium. Les méthodes de collecte et de recyclage vont être optimisées.

Depuis 2008, 10 millions d'euros ont été consacrés par Nespresso France pour la collecte de ses capsules usagées. Et l'addition va continuer à grimper vu l'attrait des Français pour le café en dosettes dont le géant suisse. La consommation annuelle est évaluée à 5,4 kilos par an et par habitant. Que ce soit au bureau, au bistrot ou à domicile, cela fait de l'expresso la deuxième boisson la plus consommée après l’eau

En 25 ans, le marché du café en dosettes s'est fortement développé et le géant agroalimentaire suisse Nestlé, via sa marque Nespresso, s'y est imposé comme le leader. En 2014, 8 milliards de capsules ont été vendues dans le monde. Dont la moitié sous la marque Nespresso. A l'échelle de l'Hexagone, la firme dont George Clooney est l'icône publicitaire a vendu un milliard d'unités. Ce sont donc autant de contenants en aluminium qui se retrouvent potentiellement mélangés parmi les déchets ménagers. 

Un dispositif de recyclage "construit pas à pas"

Dans une interview accordée à l'organisme éco-emballages, Arnaud Deschamps, le directeur général de la division France explique la démarche mise en oeuvre par ses équipes. Depuis fin 2008, la direction a imaginé un système de collecte des dosettes usagées. Les clients ont la possibilité de les rapporter dans les 5.500 points de collecte créés, répartis entre les magasins et des points-relais disséminés sur le territoire.

"Nous avons des partenariats avec des entreprises et avec La Poste qui récupère pour nous les capsules usagées". Les contenants collectées "prennent ensuite la direction de Rungis", où dans une unité d'extraction marc de café et aluminium sont séparés. Les deux résidus sont ensuite valorisés. D'un côté "pour faire du compost ou dépolluer des eaux usées", de l'autre "pour créer de nouvelles capsules." 

Augmenter la part de capsules recyclées

Mais pour redonner vie à ses capsules, il faut récupérer plus de matière première et donc augmenter le volume de dosettes en aluminium collecté. Ainsi, Nespresso France se fixe dix ans pour faire progresser le taux de récupération de ses produits et le voir passer de 20 à 50%.

Pour y parvenir, la société étudie de près les nouveaux systèmes de collecte des déchets mis en place par les collectivités. Comme le souligne le quotidien Les Echos, l'entreprise a ainsi été séduite par le système de tri par pyrolyse employé dans quelques centres de tri de la région parisienne. Arnaud Deschamps précise que cette méthode permet de récupérer "tous les matériaux d'un diamètre de moins de sept centimètres et qui ne pouvaient être recyclées avant car trop petits". 

Pour développer cette nouvelle méthode de tri, le fabricant de café entend mettre la main au porte-monnaie via son fonds de dotation. L'idée est d'inciter les centres de tri à se doter de ce procédé, en promettant une prime de 300 euros par tonne d'aluminium récupéré. Afin de partager les coûts, d'autres poids-lourds de l'alimentaire utilisant ce matériau ont été approchés. C'est le cas du groupe Bel, de Materne ou encore de Coca-Cola. 

Antonin Moriscot