BFM Business

McDonald's modifie la recette de ses hamburgers pour garder la ligne

La chaine de fastfood veut endiguer une baisse historique de ses résultats en changeant la recette de son hamburger.

La chaine de fastfood veut endiguer une baisse historique de ses résultats en changeant la recette de son hamburger. - Justin Sullivan - Getty Images/AFP

Branle-bas de combat dans les cuisines de McDo. Le géant américain de la restauration rapide a décidé de changer la recette de ses hamburgers pour faire revenir les clients.

Est-ce l’ultime stratégie de la chaîne américaine de fastfood pour faire revenir les clients? Peut-être. Ce mercredi 27 mai, lors d’une conférence qui s’est tenue à New York, Steve Easterbrook, patron du groupe depuis mars dernier, a annoncé une prise de décision historique et hautement stratégique. Pour redresser la barre et l’image du groupe, le nouveau PDG a pris ni plus ni moins la décision de modifier la recette de son hamburger.

Pour rendre ce sandwich typiquement américain plus goûteux, la groupe a décidé de faire griller le pain pour le servir chaud et de modifier la cuisson de la viande hachée pour la rendre plus juteuse. "Ce sont des petites choses, mais pour nos clients, ça fera toute la différence." 

Du pain chaud pour redorer l'image auprès des clients

Cette décision est le volet gastronomique du plan de redressement mis en place par le nouveau PDG du groupe qui a été nommé pour endiguer la baisse des ventes, mais aussi l’image de la chaîne auprès des clients.

Steve Easterbrook a aussi annoncé il y a quelques jours sa nouvelle stratégie. Et c’est plutôt urgent. Depuis octobre 2013, le groupe de restauration n’enregistre plus de croissance et les résultats 2014 ont été désespérants avec un chiffre d’affaires en recul de 2.4% à 24,5 milliards de dollars et un bénéfice en baisse de 15% à 4,2 milliards de dollars. 

Le groupe, qui compte 36.000 restaurants dans une centaine de pays a également vu une baisse de la fréquentation de 3.6% dans le monde entier. Aux Etats-Unis, cette chute est de 4%. Du jamais vu !

La France reste une exception. Avec 1.300 sites, la direction est l’une des rares à avoir réussi à faire progresser son chiffre d’affaires qui est passé à 4.6 milliards d’euros (+2.6%).

Pascal Samama